Jean Auvray


Contre une dame trop maigre


 
Non, je ne l’aime point cette carcasse d’os,
Qu’on ne m’en parle plus, quoiqu’il y ait du lucre,
J’aime autant embrasser l’image d’Atropos,
Ou me laisser tomber tout nu dans un sépulcre.
 
Dès la première nuit de nos embrassements,
J’imaginai sa chambre être un grand cimetière
Son corps maigre semblait un monceau d’ossements,
Son linceul un suaire et sa couche une bière.
 
Ce serait violer le droit des Trépassés
De toucher sacrilège à ses membres étiques,
Je les baiserais bien s’ils étaient enchâssés,
Comme au travers d’un verre on baise les reliques.
 
Belle, dis-je, (tâtant la peau de son téton)
Pour ne me point blesser lors que je vous embrasse,
Il faudrait vous garnir les membres de coton,
Ou que je fusse armé d’un bon corps de cuirasse.
 
Quand je touche aux rasoirs de votre hastelet,
Je n’oserais mêler mes os avec les vôtres,
Votre mère vous fit disant son chapelet
Puisque tout votre corps n’est que de patrenôtres.
 
Au châlit innocent j’eusse dit ces propos,
Pourquoi faut-il jaloux que si haut tu caquettes ?
Mais, je connus la Dame au cliquetis des os,
Comme on connaît un ladre au bruit de ses cliquettes.
 
Son meunier l’autre jour revenant du marché,
(Piqueur alternatif de cette haridelle)
Me dit qu’il en avait le cul tout écorché,
Et que son âne était plus franche d’amble qu’elle.
 
Un jour que ce vieux fut d’arquebuse à gibier
Je tatonnais partout, je lui dis, ô ma mie,
Que vous auriez besoin d’un excellent barbier
Pour enfiler les os de votre anatomie !
 
Ce corps qui va craquant aussitôt qu’on l’étreint
Me semble trop fragile aux amoureux approches,
Il vaut mieux le garder pour le vendredi saint
Servir de tournevelle au défaut de nos cloches.
 
Que ces pères dévots s’aillent doncques cacher
Qui estiment catin trop charnelle et gaillarde,
Si paillardise n’est que péché de la chair,
Catin ne fut jamais ni putain, ni paillarde.
 



Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаllеvillе : Lа Flеur d’Αdоnis

Μоntrеuil : «Сhеz vоus је n’аi јаmаis été...»

Μérу : Lе Βаllеt dеs hеurеs

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Hоuvillе : Οffrаndе funérаirе

Μоntrеuil : Lеs Rêvеs mоrts

Rоllinаt : Lа Ρеtitе Sоuris

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Rimbаud : Соntе

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...»

Du Βеllау : «Τu dis quе Du Βеllау tiеnt réputаtiоn...»

Du Βеllау : «Si mеs éсrits, Rоnsаrd, sоnt sеmés dе tоn lоs...»

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «Quаnd је соntеmplе biеn lеs еffеts dе Νаturе...»

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «Ô gеntil vеr qui vаs filаnt lа sоiе...»

Μérаt : Lе Grаnd Αrbrе

Сlаudе Quillеt

Βоufflеrs : L’Οсulistе

Lаfоrguе : Соmplаintе sur сеrtаins еnnuis

Dеubеl : Dеmаin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «L’Hоmmе, lе fоrt Liоn ; lе Βœuf, еt l’Αiglе еn pоintе...» (Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе)

De Сосhоnfuсius sur Τоur (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Сurаrе- sur «Μаdаmе, се mаtin је vоus оffrе unе flеur...» (Lа Rоquе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Jаdis sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De 15 bоurrеs sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz