Jean Auvray


À une laide amoureuse de l’auteur


 
Un œil de chat-huant, des cheveux serpentins,
Une trogne rustique à prendre des copies,
Un nez qui au mois d’août distille les roupies,
Un ris sardonien à charmer les lutins,
 
Une bouche en triangle, où comme à ces mâtins
Hors œuvre on voit pousser de longues dents pourries,
Une lèvre chancreuse à baiser les furies,
Un front plâtré de fard, un boisseau de tétins,
 
Sont tes rares beautés, exécrable Thessale.
Et tu veux que je t’aime, et la flamme loyale
De ma belle maîtresse en ton sein étouffer ?
 
Non, non, dans le bordeau va jouer de ton reste ;
Tes venimeux baisers me donneraient la peste,
Et croirais embrasser une rage d’Enfer.
 



Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 8 avril 2020 à 17h32

Par la pinède éveilleuse de moiteurs
-------------------------------------------------

Le tortillard déroule un calme serpentin
Au soleil écrasant la campagne assoupie.
Par le carreau ouaté de poussière, j’épie
Un paysan qui va, folklorique et lointain.

Accroupi en lotus sur un vieux strapontin,
En dépit des cahots, je médite et je prie
Pour voir l’humanité un jour enfin guérie,
En lisant les soutras d’un moine tibétain.

En cet après-midi, la chaleur provençale
Lève en mon estomac des moiteurs coloniales :
L’épigastre parfois craint le chemin de fer.

Je dois dire que pour mon déjeuner, ce reste        
De tsampa, que j’ai bien bien pressenti indigeste,
M’a laissé dans la gorge un goût de mâchefer.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 8 avril 2020 à 18h57

Avant-dernier vers : un seul "bien" suffira.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 mai 2021 à 13h46

Fleur étonnante
------------

Elle m’offre un parfum que je trouve incertain,
Je ne déteste point cette odeur adoucie ;
À son pied sont tombées quelques feuilles roussies,
En ce lieu vient danser l’invisible lutin.

Sa blancheur ne craint point la fraîcheur du matin,
Ni le souffle du vent, ni les intempéries ;
Le fier savant Linné la prit pour égérie,
Lui donnant au passage un joli nom latin.

La cloche fait ouïr sa voix dominicale ;
Une abeille survient, en visite amicale,
Aussitôt lui sera le clair nectar offert.

L’avette en s’abreuvant dit une histoire leste ;
C’est un conte à propos de bergères modestes
Par lesquelles un prince a quelque peu souffert.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud

Sеlvе : Sur сеs mоts : Sоuviеnnе-tоi, Hоmmе, quе tu еs сеndrе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : «Τu bоis, с’еst hidеuх ! prеsquе аutаnt quе mоi...»

Βаudеlаirе : «Vоus аvеz, соmpаgnоn dоnt lе сœur еst pоètе...»

Βаïf : «À lа fоntаinе је vоudrаis...»

Hugо : «Εllе étаit déсhаusséе, еllе étаit déсоifféе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Сrоs : Désеrtеusеs

☆ ☆ ☆ ☆

Βоissiеr : Lа Rоndе dеs fоеtus

Сrоs : Ρауsаgе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : Сésаr Βоrgiа

Ρаrnу : Lе Lеndеmаin : «Εnfin, mа сhèrе Éléоnоrе...»

Τоulеt : «Lе miсrоbе : Βоtulinus...»

Rоllinаt : L’Εnviе

Αpоllinаirе : Εхеrсiсе

Βаnvillе : Lа Соrdе rоidе

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur l’Évаngilе du Νаvirе dе Sаint Ρiеrrе (Sеlvе)

De Сосhоnfuсius sur «Si ј’аi biеn оu mаl dit еn сеs Sоnnеts, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt burlеsquе sur lа Ρhèdrе dе Rасinе (Dеshоulièrеs)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De Сurаrе- sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Jаdis sur «Quаnd lеs оs sоnt pаrеils...» (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De FΕDΕRΜΑΝΝ sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz