Aubigné

Le Printemps


XIX


 
Je sens bannir ma peur et le mal que j’endure,
Couché au doux abri d’un myrte et d’un cyprès,
Qui de leurs verts rameaux s’accolant près à près
Encourtinent la fleur qui mon chevet azure !
 
Oyant virer au fil d’un musicien murmure
Milles nymphes d’argent, qui de leurs flots secrets
Bebrouillent en riant les perles dans les prés,
Et font les diamants rouler à l’aventure.
 
Ce bosquet de verbrun qui cette onde obscurcit,
D’échos harmonieux et de chants retentit.
Ô séjour aimable ! ô repos précieux !
 
Ô giron, doux support au chef qui se tourmente !
Ô mes yeux bien heureux éclairés de ses yeux !
Heureux qui meurt ici et mourant ne lamente !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 2 novembre 2013 à 10h46


Tu l’as dit, Agrippa, la vie n’est pas si dure.
N’avons-nous pas sur nous les ombres des cyprès
Que nous aimons, bien qu’ils côtoient la mort de près ;
L’existence est bien douce en ces coins de verdure.

Si de plus, en ton coeur, la poésie murmure,
Si l’amour (au grand jour ou dans un lieu secret)
Te fait mettre en chanson quelques fabuleux traits,
Nul ne peut désirer plus charmante aventure.

Si ta rime jamais d’un deuil ne s’obscurcit,
Si ton esprit toujours scintille et retentit,
Je rendrai mon hommage à ton don précieux.

Je sais que ton corps a traversé des tourmentes,
Que l’Histoire a produit des drames sous tes yeux ;
Mais ta muse te garde, une si belle amante !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 avril 2017 à 14h13

Or, sable, sinople
----------------------

La mouche se posa sur la muraille dure
Au lieu de se cacher dans l’ombre d’un cyprès ;
L’insecte en profita pour admirer de près
L’image tracée là, comme une enluminure.

Si ton oreille fine entendait son murmure,
Tu surprendrais alors le compliment secret
Adressé à l’auteur de ces fabuleux traits,
Peintre dont le pinceau sur les murs s’aventure.

Or, nous ne craignons point le ciel s’obscurcisse;
Ni qu’un bourdonnement trop fort ne retentisse:
Invisible sera cette intruse en ces lieux.

Le peintre, cependant, sur un point se tourmente:
Faut-il portraiturer la bestiole obsédante ?
Peintre, oublie-la plutôt, le mur sans elle est mieux.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

Villоn : Βаllаdе [dеs prоvеrbеs]

Rоllinаt : Lеs Αgоniеs lеntеs

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Jаdis sur «Jе sеns dеdаns mоn âmе unе guеrrе сivilе...» (Spоndе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе соntеmplаis un јоur lе dоrmаnt dе се flеuvе...» (Spоndе)

De Jаdis sur Ρréludе à l’еlkоvаn (Grеniеr)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Jаdis sur (Μоntеsquiоu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur «Νi lа furеur dе lа flаmmе еnrаgéе...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе