Aubigné

Le Printemps


IV


 
Cessez noires fureurs, Érynnes inhumaines,
Esprits jamais lassés de nuire et de troubler,
Ingénieux cerveaux, inventeurs de mes peines :
Si vous n’entreprenez rien que de m’accabler,
Nous avons bientôt fait, car ce que je machine
S’accorde à vos desseins et cherche ma ruine.
 
Les ordinaires fruits d’un règne tyrannique
Sont le meurtre, le sac et le bannissement,
La ruine des bons, le support de l’inique,
L’injustice, la force et le ravissement :
On juge sans m’ouïr, je pleure, on me dénie
Et l’oreille et les yeux, est-ce pas tyrannie ?
 
Fière qui as dressé un orgueilleux empire
Sur un serf abattu, le courroux de ta main
Te ruine par moi et ce même martyre
Au Roi comme au sujet est dur et inhumain,
Car pour me ruiner, ta main aveugle et tainte
En mon sang m’est commune et la peine et la plainte.
 
Je vois qu’il n’est plus temps d’enfumer de querelles
Le ciel noirci, fâché de l’aigreur de mes pleurs,
Et moins faut-il chercher des complaintes nouvelles,
Ni remèdes nouveaux à mes nouveaux malheurs.
Quoi donc ? céder au sort est librement se rendre,
Et ne prolonger pas son mal pour se défendre !
 
On voit le cerf, fuyant une meute obstinée
À sa pénible mort, élancé pour courir,
S’être une fin plus longue et plus dure donnée
Que si dedans son lit il eût voulu mourir.
Non, je ne fuirai plus la mort, je la désire,
Et de deux grands malheurs je veux le moindre élire.
 
Ores que la pitié de la Parque amiable
D’un éternel sommeil me vient siller les yeux,
Quand la mort en pleurant de mon malheur m’accable,
L’esprit se plaint de toi, volant dedans les Cieux,
Et dit : vis en regret, vis coupable ennemie,
Autre punition tu n’auras que ta vie.
 
Tu diras aux vivants que ta folle inconstance
Te fit perdre celui qui de l’or de sa foi
Passa tous les humains, que tu perds l’espérance
En perdant serviteur si fidèle que moi,
Di à ceux qui vivront que mon amitié sainte
De rien que de la mort jamais ne fut éteinte,
 
Di encores à ceux qu’une chaleur nouvelle
Embrase d’amitié, que sages en mes frais
Ils fassent leur profit des plumes de mon aile,
Di aux dames aussi qu’elles songent de près
Au malheur qui les suit et que leur œil contemple
Ma fin et mes tourments pour leur servir d’exemple.
 
Quand mon esprit jadis sujet à ta colère
Aux Champs Élyséens achèvera mes pleurs,
Je verrai les amants qui de telle misère
Goûtèrent tels repos après de tels malheurs,
Tes semblables aussi que leur sentence même
Punit incessamment en Enfer creux et blême,
 
À quiconques aura telle dame servie
Avec tant de rigueur et de fidélité,
J’égalerai ma mort comme je fis ma vie,
Maudissant à l’envi toute légèreté,
Fuyant l’eau de l’oubli pour faire expérience
Combien des maux passés douce est la souvenance.
 
Ô amants échappés des misères du monde,
Je fus le serf d’un œil plus beau que nul autre œil,
Serf d’une tyrannie à nulle autre seconde,
Et mon amour constant jamais n’eut son pareil.
Il n’est amant constant qui en foi me devance,
Diane n’eut jamais pareille en inconstance,
 
Je verrai aux Enfers les peines préparées
À celles-là qui ont aimé légèrement,
Qui ont foulé au pied les promesses jurées,
Et pour chaque forfait, chaque propre tourment.
Dieux, frappez l’homicide, ou bien la justice erre
Hors des hauts Cieux bannie ainsi que de la terre !
 
Autre punition ne faut à l’inconstante
Que de vivre cent ans à goutter les remords
De sa légèreté inhumaine, sanglante.
Ses mêmes actions lui seront mille morts,
Ses traits la frapperont et la plaie mortelle
Qu’elle fit en mon sein re-saignera sur elle.
 
Lors son teint périssant et ses beautés perdues
Seront l’horreur de ceux qui transis l’adoraient,
Ses yeux déshonorés des prunelles fondues
Seront tels que les miens, alors qu’ils se mouraient,
Et de ses blanches mains, la poitrine offencée
Souffrira les assauts de la juste pensée.
 
Non, l’air n’a pas perdu ses soupirs misérables,
Moqués, meurtris, payés par des traîtres souris :
Ces soupirs renaîtront, viendront épouvantables
T’effrayer à minuit de leurs funestes cris ;
L’air a serré mes pleurs en noirs et gros nuages
Pour crever à minuit de grêles et d’orages.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

Durаnt dе lа Βеrgеriе : Сhаnsоn : «Rоsinе, si tоn âmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Саrсо : Vеrlаiniеn

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Silvеstrе : Sur un аlbum

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Lоrrаin : Lе Jеunе Hоmmе еt lа Μоrt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Dеvаnt lа grillе du сimеtièrе (Gаrnеаu)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...» (Rоnsаrd)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе