Félix Arvers



Mon âme a son secret, ma vie a son mystère :
Un amour éternel en un moment conçu.
Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire,
Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su.
 
Hélas ! j’aurai passé près d’elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire,
Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre,
N’osant rien demander et n’ayant rien reçu.
 
Pour elle, quoique Dieu l’ait faite douce et tendre,
Elle ira son chemin, distraite, et sans entendre
Ce murmure d’amour élevé sur ses pas ;
 
À l’austère devoir pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d’elle :
« Quelle est donc cette femme ? » et ne comprendra pas.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 27 décembre 2013 à 16h55

La poésie ne craint l’ombre ni le mystère ;
Car tout ce qu’elle exprime est clairement conçu.
En dévoilant son âme elle arrive à se taire,
Elle ne cache rien, nous l’avons toujours su.

Poète, si tu crains de vivre inaperçu,
Si les imprécations d’un moine solitaire
Te semblent obscurcir le jour sur cette terre,
Ne t’inquiète donc point, ton texte est bien reçu.

Celle qui est pour toi la plus mignonne et tendre
Toujours éprouve un peu de plaisir à t’entendre
Et à fouler le sol où s’égarent tes pas ;

Toi, sur elle posant ton doux regard fidèle,
Tu ne cesseras point de marcher auprès d’elle ;
Que dirons-nous de plus ? Ton coeur ne s’en plaint pas.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 12 avril 2014 à 12h56

Le vrai poème est le mystère
qu’aucun aède ne conçut,
que tous se sont tués à taire
même, et qu’aucun licteur n’a su.

C’est l’émotion presque aperçue,
le recommandé solitaire
mandé par Dieu au prolétaire
et dont il signe le reçu.

Le vrai poème n’est pas tendre,
plutôt difficile à entendre,
et s’il chante il chante trop bas.

La mémoire est filtre infidèle,
le vrai poème se rit d’elle.
Quoi donc encor tu comprends pas ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jean Goudezki le 2 janvier 2017 à 10h05

Voir aussi

http://www.paradis-des-albatros.fr/?poeme=goudezki/sonnet-d-art-vert

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Roland Bacri le 15 mars 2019 à 18h36

Le garçonnet d’Arvers
----------

Mon homme a son secret, ma vie a son mister,
Un amour bienséant en un instant conçu.
Le mâle est sans espoir, aussi z’ai dû lui taire
Le goût qu’à son endroit... ze suis déçu déçu !

Hélas !  z’aurai passé cent fois inaperçu,
Cil battant et le vent en poupe pour Cythère.
Et z’aurai zusqu’au bout hésité sur la Terre
À lui offrir mon siège ou à m’asseoir dessus.

Pour lui, quoique le ciel l’ait fait blond, l’ait fait tendre,
Il ira son train-train, distrait, et sans attendre,
À l’autel de Vénus brûlera ses appas.

Et puis, c’est inouï, porté sur la femelle,
Dira, lisant ces vers que pour lui j’entremêle :
« Quel est donc cet infâme ? » et ne comprendra pas.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 août 2019 à 11h14

Livre obscur
---------

Un moine dans un livre a cru voir un mystère
Par un théologien perversement conçu ;
Et dans le réfectoire, où chacun doit se taire,
Il avale sa soupe en méditant dessus.

Énigmes, confusions, secrets inaperçus,
Voilà de quoi nourrir une âme réfractaire ;
Car cet agencement du ciel et de la terre
D’un esprit tortueux semble parfois issu.

Moine, invoque plutôt la Dame douce et tendre
Qui saura mettre en mots, pour te les faire entendre,
Les concepts nébuleux qui troublent ton repas.

Comme elle se souvient que tu lui fus fidèle,
Plaisants seront les dons que tu recevras d’elle ;
Quant au théologien, ne t’en angoisse pas.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par BiBpatapouète le 4 août 2019 à 19h56

Merci d’avoir permis la découverte de Roland Bacri -

Je vais m’enquérir de sa poésie -  

Tant de choses à voir et à entendre . .

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 12 août 2019 à 19h11

La douche a son secret, le bain a son mystère,
Tous les sujets sont bons, sinon équivalents;
Auteur, vous en doutez ? Mieux vaut alors vous taire:
Soyez plutôt plombier, si c’est votre talent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 13 septembre 2019 à 22h52

’’Mon âme a son secret, ma vie a son mystère. . ’’

Emmurée au malheur sa vie est un mystère
Né d’un amant fictif en un ennui perçu
Censuré de vertu qui à jamais se terre
Il se tapit sans heur et il l’a toujours su

D’être gardée à vue en l’irréel conçu
Elle est à ses côtés chaque jour solitaire
Ils auront l’infini pour ne jamais se taire
N’osant rien transgresser passant inaperçus

Pour lui pour eux pour leur amour défendre,
Elle poursuit son chemin, nulle part sans méandre  
Éperdu de pudeur en restant sur ses pas

De sa prison austère, il restera fidèle
Tout en restant si près à en devenir elle
A en devenir lui ? On ne comprendrait pas.

13/09/2019 Pour le chercheur de lumière . . toujours

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Jаdis sur Αu lесtеur (Swаrth)

De Сосhоnfuсius sur «Τu t’аbusеs, Βеllеаu, si pоur êtrе sаvаnt...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à fеu Μ. Dеsуvеtеаuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur L’аdiеu du саvаliеr (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz