Antoine-Vincent Arnault


Le Chien et le Chat


 
          Pataud jouait avec Raton,
Mais sans gronder, sans mordre, en camarade, en frère.
Les chiens sont bonnes gens ; mais les chats, nous dit-on,
          Sont justement tout le contraire.
          Aussi, bien qu’il jurât toujours
          Avoir fait patte de velours,
Raton, et ce n’est pas une histoire apocryphe,
Dans la peau d’un ami, comme fait maint plaisant,
          Enfonçait, tout en s’amusant,
          Tantôt la dent, tantôt la griffe.
          Pareil jeu dut cesser bientôt.
          — Eh quoi, Pataud, tu fais la mine !
          Ne sais-tu pas qu’il est d’un sot
          De se fâcher quand on badine ?
          Ne suis-je pas ton bon ami ?
— Prends un nom qui convienne à ton humeur maligne ;
          Raton, ne sois rien à demi :
          J’aime mieux un franc ennemi
          Qu’un bon ami qui m’égratigne.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cougare- le 3 février 2019 à 14h28

— D’où tient-il ce renom d’aède libertaire ?
— S’il lui vient tant d’aisance à rimer c’est, dit-on,
Qu’il médite à loisir Confucius & Platon
Et ferait la part belle au grand vers solitaire.

Le barde aime la gnôle, et chopine sans soif ;
C’est ainsi que singeant notre brave Coppée :
Il transpose en idée une onomatopée,
Ponctuant le mot franc, d’1 miaou, d’1 waf-waf !

— Est-ce 1 chat de sinople augmenté d’hippogriffe ?
— Peut-être 1 chien ! disons... une bête à concours !
Labradorque hennissant quelque absurde discours :
« Un cochon à la fin d’1 sonnet se rebiffe ! » ___

___ 03/02/2019

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Plagiaire le 3 février 2019 à 21h13

Destin

____Tu le sais si bien que tu t’en interdis l’accès____Sixte.  

Tu connais ces moments d’angoisse ou bien de paix
Qui emmurent le tout tapissés de mystère
Du silence le point. Pesant et délétère
La genèse du sort - Sortilège suspect -

Tu les ressens d’autant dans 1 profond respect
Condamné au bonheur d’être le solitaire
Qui n’a jamais brandi sa rage prolétaire
Du cloaque où tu vis sans même protester

Pourquoi laisser au temps le temps de la défaite  
N’attendre de la mort que la douceur parfaite ?
Qui s’esquive esquisse à ton instinct sans voix

Mes larmes pour une arme à la garde alternée
Improbable destin d’une erreur décharnée
Voilà pourquoi je fuis - Et puis pourquoi je bois -

Chant XXIII- On écrit toujours pour quelqu’un -
Pour Sixte - Pour le non retour des humains -  

17/06/2016

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Vеrlаinе : Lе Dеrniеr Dizаin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi lе mоis d’Αvril, оù nаquit lа mеrvеillе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Quаtrе-Соins (Sаtiе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Сосhоnfuсius sur L’Αbrеuvоir (Αutrаn)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz