Apollinaire

Calligrammes, 1918


Tristesse d’une étoile


 
Une belle Minerve est l’enfant de ma tête
Une étoile de sang me couronne à jamais
La raison est au fond et le ciel est au faîte
Du chef où dès longtemps Déesse tu t’armais
 
C’est pourquoi de mes maux ce n’était pas le pire
Ce trou presque mortel et qui s’est étoilé
Mais le secret malheur qui nourrit mon délire
Est bien plus grand qu’aucune âme ait jamais celé
 
Et je porte avec moi cette ardente souffrance
Comme le ver luisant tient son corps enflammé
Comme au cœur du soldat il palpite la France
Et comme au cœur du lys le pollen parfumé
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 14 juin 2015 à 11h15

D’azur à trois bouddhas
-------------------------

Le bouddha de mémoire a des mots plein la tête ;
Il les apprécie tous, ne les confond jamais,
Il parle lentement, chaque phrase, une fête,
Chaque vers, un plaisir, chaque rime, un sommet.

Le bouddha visionnaire est maître d’un empire
Qui s’étend, verdoyant, sous le ciel étoilé,
Il manie la raison ainsi que le délire ;
Jamais ne fut certain ce qu’il a dévoilé.

Le bouddha de l’instant, c’est amour et souffrance,
C’est un quatrain tremblant, c’est un vers enflammé ;
C’est, au coeur d’un blason, la fleur de lys de France,
C’est, au fond d’un godet, le bon vin parfumé.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 septembre 2021 à 12h22

Le seigneur d’Alpha Formicae
------------

Cet empereur bizarre, il n’a rien dans la tête,
Les astres ont des noms qu’il ne retient jamais ;
Mais, un verre à la main, il montre dans les fêtes
Un humour débridé qui atteint des sommets.

Des ministres sont là, qui sont loin d’être bêtes,
À leur sagacité le peuple s’en remet ;
L’Empire ne connaît ni pape ni prophète,
Aucun de ses sujets à Dieu ne se soumet.

Je ne sais pas combien l’Empire a de planètes,
Sur mes vieux documents la carte n’est pas nette ;
Un pompier les sauva d’un placard enflammé.

Accueillant tour à tour l’amour et la souffrance,
Ils n’attendent, ces gens, aucune délivrance,
Buvant, en attendant, du vin très parfumé.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 septembre 2022 à 10h52

Paresse d’une étoile
------------

C’est un astre perdu qui n’en fait qu’à sa tête,
Nous avons oublié comment il se nommait ;
C’est sans doute un Alpha, puis le nom d’une bête,
Ou encore Epsilon, le saurons-nous jamais ?

Aucun docte chercheur n’ira faire une enquête,
C’est un astre inutile, et qui rien ne promet ;
Nul rédacteur non plus, pas même un exégète,
Tout est donc comme si du ciel on le gommait.

Il n’est ni dans la Loi ni dans les Écritures,
Ni dans les faux versets produits par imposture ;
Et nul auteur n’en fit le décor d’un roman.

Il n’éclaira jamais nos joies ni nos souffrances,
Qu’il soit ou non réel, aucune différence,
Il s’introduit ici, je ne sais pas comment.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Étоilе du fоu (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi lе mоis d’Αvril, оù nаquit lа mеrvеillе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Quаtrе-Соins (Sаtiе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе