Apollinaire

Poèmes à Lou



Mon cœur j’ai regardé longtemps ce soir
              Devant l’écluse
L’étoile ô Lou qui fait mon désespoir
              Mais qui m’amuse
 
Ô ma tristesse et mon ardeur Lou mon amour
              Les jours s’écoulent
Les nuits s’en vont comme s’en va le jour
              Les nuits déroulent
 
Le chapelet sacrilège des obus boches
              C’est le printemps
Et les oiseaux partout donnent leurs bamboches
              On est content
 
On est content au bord de la rivière
              Dans la forêt
On est content La mort règne sur terre
              Mais l’on est prêt
 
On est prêt à mourir pour que tu vives
              Dans le bonheur
Les obus ont brûlé les fleurs lascives
              Et cette fleur
 
Qui poussait dans mon cœur et que l’on nomme
              Le souvenir
Il reste bien de la fleur son fantôme
              C’est le désir
 
Il ne vient que la nuit quand je sommeille
              Vienne le jour
Et la forêt d’or s’ensoleille
              Comme l’Amour
 
Les nuages s’en vont courir les mondes
              Quand irons-nous
Courir aussi tous deux les grèves blondes
              Puis à genoux
 
Prier devant la vaste mer qui tremble
              Quand l’oranger
Mûrit le fruit doré qui te ressemble
              Et sans bouger
 
Écouter dans la nuit l’onde cruelle
              Chanter la mort
Des matelots noyés en ribambelle
              Ô Lou tout dort
 
J’écris tout seul à la lueur tremblante
              D’un feu de bois
De temps en temps un obus se lamente
              Et quelquefois
 
C’est le galop d’un cavalier qui passe
              Sur le chemin
Parfois le cri sinistre de l’agace
              Monte Ma main
 
Dans la nuit trace avec peine ces lignes
              Adieu mon cœur
Je trace aussi mystiquement les signes
              Du Grand Bonheur
 
Ô mon amour mystique ô Lou la vie
              Nous donnera
La delectation inassouvie
              On connaitra
 
Un amour qui sera l’amour unique
              Adieu mon cœur
Je vois briller cette étoile mystique
              Dont la couleur
 
Est de tes yeux la couleur ambigüe
              J’ai ton regard
Et j’en ressens une blessure aigüe
              Adieu c’est tard
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : Rоsсаnvеl

Lа Μоnnоуе : Lе Βоn Μénаgеr

Sаmаin : Lа Vасhе

Βruаnt : Lеs Lоupiоts

Соrbièrе : Çа ?

Rоllinаt : L’Ιdiоt

Rоllinаt : Lа Βаignеusе : «Αu fоnd d’unе bаignоirе еllе аdmirе sеs hаnсhеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Τоulеt : «Ρuisquе tеs јоurs nе t’оnt lаissé...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hоudаr dе Lа Μоttе : Lеs Αmis trоp d’ассоrd

Gаlоу : Lа Sоurсе

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Vеrlаinе : «Lа “grаndе villе”. Un tаs сriаrd dе piеrrеs blаnсhеs...»

Vоltаirе : Lе Μоndаin

Jаmmеs : Τu sеrаis nuе sur lа bruуèrе

Rоllinаt : Lе Dоutе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur L’Hеurе (Duсhоsаl)

De Сосhоnfuсius sur «Νоn аutrеmеnt quе lа Ρrêtrеssе fоllе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «L’еnfаnt qui rаmаssа lеs bаllеs...» (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Dе vоs уеuх tоut divins, dоnt un Diеu sе pаîtrаit...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur Lе Μétinguе du Μétrоpоlitаin (Μас-Νаb)

De Сосhоnfuсius sur «Сhеf, éсоlе dеs аrts, lе séјоur dе sсiеnсе...» (Rоnsаrd)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Τhundеrbird sur Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin (Fоrt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе