Apollinaire


Les Doukhobors


 
Les Doukhobors, ô frères, mes frères lointains
Et la Mort qui n’existe pas est venue leur dire :
« Venez ! vous serez armés de sabres, de lances, de fusils,
Vous porterez des étendards, vous serez vêtus d’uniformes
                Et vous tuerez des hommes
                Si je vous le dis,
Car l’Empereur ne veut pas tuer d’hommes,
                Lui ! »
 
Les Doukhobors, ô frères, mes frères lointains.
Ayant de tuer la volonté précise et touchante, innocente,
La volonté plus forte encor de résister
Pâles géants, Noëls altruistes et impies
Partirent et puis un jour voyant près d’eux
Héroïque et inerte Matvei Lebédeff
Les chevaux sauvages hennissent dans les steppes
On crie au loin, du milieu des steppes où l’on est libre.
                Les Doukhobors
Aiguisèrent leurs épées claires
Faites pour fendre les chairs
                Et se teinter de sang
 
Ils ont creusé le sol
Et le pétrole a jailli
Sur le jet de la source bleuâtre
Source d’enfer empuantie,
Ils ont jeté les fusils, les épées, les lances
Les idoles étendards que l’on a peur de perdre et qui flambent très bien,
Les Doukhobors las des patries
On fait flamber les étendards.
La Mort qui n’existe pas sonna la charge
                Les cosaques chargèrent
Mais ils eurent peur d’en trop tuer
Et ce n’était pas fraternité
 
Les Doukhobors ô frères, mes frères lointains,
Menaçante la Mort qui n’existe pas leur dit :
                « Vous me niez !
Tout meurt et tout est malade autour de moi
                Vous me niez !
Je mourrai, (quand on meurt, je meurs)
                Sur votre liberté
Et sur votre mensonge car je suis éternelle
Et vous n’aurez jamais la liberté réale
(Entre temps vous serez mes égaux et libres rien qu’en moi)
                Que vous voulez mondiale. »
 
Les Doukhobors ; le soleil qui radiait
Dut paraître à leurs yeux extasiés
                Espérant des remous
                        Océaniques
Des nations, là-bas, du côté d’Occident ou d’Amérique
Le cou tranché d’une tête immense, intelligente
Dont le bourreau n’osait montrer
La face et les yeux larges pétrifiés
                À la foule ivre
Et quel sang, et quel sang t’éclabousse, ô monde
                Sous ce cou tranché !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur L’Αubе à l’Εnvеrs (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αquаrеllе (Ρоpеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Ρуrrhа (Lесоntе dе Lislе)

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе