Apollinaire

Alcools, 1913


La Blanche Neige


 
Les anges les anges dans le ciel
L’un est vêtu en officier
L’un est vêtu en cuisinier
Et les autres chantent
 
Bel officier couleur du ciel
Le doux printemps longtemps après Noël
Te médaillera d’un beau soleil
        D’un beau soleil
 
Le cuisinier plume les oies
        Ah ! tombe neige
        Tombe et que n’ai-je
Ma bien-aimée entre mes bras
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 11 janvier 2013 à 13h33

Résumons cet écrit : «Il neige, on voit des anges».
Cernons-en le propos: «Deux anges costumés,
Dont l’un est cuisinier, occupé à plumer
Une oie (pour les flocons) et l’autre (c’est étrange)

Officier en tenue, est-ce donc lui qui mange
La chair de l’oie rôtie, a-t-il donc allumé
Un feu que nul, pourtant, ne semble voir fumer...
Et d’autres sont chanteurs, cela ne nous dérange

Pas, car c’est un métier qu’on leur voit souvent faire.»
Voilà, ce texte n’est pas truffé de mystères,
Pourquoi fut-il écrit, pour rien, pour des amours

Que la vie contrarie, une vie de poète
Qui au quotidien donne un petit air de fête ;
Retiens cette synthèse : «Il neigeait, un beau jour».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 novembre 2016 à 10h46

Tour des mirages
--------------------

J’ai rêvé d’une tour géante,
Au sommet danse un officier,
Plus près du sol, un cuisinier,
Marmiton rondouillard qui chante.

Ce sont des envoyés célestes
Qui vont fêtant le Nouvel An :
Le troisième est un chambellan
Qui connaît quelques chansons lestes.

Un fantôme vêtu d’un drap
Qui semble un bonhomme de neige
M’est familier. D’où le connais-je ?
Je ne sais, ça me reviendra.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 juillet 2019 à 12h14

Anges gardiens des chevaliers
----------------------

Nous suivons les chemins, précédés par des anges,
D’un bel espoir porteurs et de fer costumés ;
Certes, nous les aimons, nos gardiens emplumés,
Même si leurs discours ont des accents étranges.

Ces vaillants compagnons ne boivent ni ne mangent,
Et leur coeur n’est jamais de désirs allumé ;
Très rarement l’un d’eux vient avec nous fumer,
Puis, c’est bien surprenant, les gros mots les dérangent.

Leur singularité, vois-tu, c’est leur affaire,
L’ange, le démon, l’homme ont chacun leurs mystères,
Leurs joie et leur tourment, leur peine et leurs amours.

Un ange nommé « muse » escorte le poète,
Qui partage avec lui le plaisir et la fête ;
Quelquefois seulement, certes pas tous les jours.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 12 octobre 2020 à 11h51

Manuscrit indéchiffrable
--------------

De la plume d’un diable ou de celle d’un ange,
Ce texte orne le mur d’un local enfumé ;
D’un sinistre caveau nous l’avons exhumé,
Nul ne sait que penser de ces lettres étranges.

Nous avons consulté la princesse d’Orange,
Elle n’a rien trouvé, nous l’avions présumé ;
Les érudits ont dit leurs mots accoutumés,
Eux qui sont en échec sans que ça les dérange.

Ce texte serait-il une lettre d’affaires,
La recette d’un plat ou la clé d’un mystère ?
Peut-être, simplement, ce sont des mots d’amour.

Sans doute que l’auteur s’est pris pour un poète,
Cependant qu’il fut ivre à le fin d’une fête ;
Nul ne l’applaudira, ce n’était pas son jour.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : À Μаdеmоisеllе ***

Αutrаn : Un début

Fоurеst : Un hоmmе

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Viеillаrd еt l’Ânе

Μаrоt : Αu rоi dе Νаvаrrе : «Μоn sесоnd Rоi, ј’аi unе hаquеnéе...»

Sаint-Ρаvin : À un sоt аbbé dе quаlité

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Сurаrе- sur Un début (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе