Apollinaire

Alcools, 1913


À la Santé


 
 
 

I


 
          Avant d’entrer dans ma cellule
          Il a fallu me mettre nu
          Et quelle voix sinistre ulule
          Guillaume qu’es-tu devenu

          Le Lazare entrant dans la tombe
          Au lieu d’en sortir comme il fit
          Adieu adieu chantante ronde
          Ô mes années ô jeunes filles
 
 
 

II


 
            Non je ne me sens plus là
                      Moi-même
            Je suis le quinze de la
                      Onzième
 
            Le soleil filtre à travers
                      Les vitres
            Ses rayons font sur mes vers
                      Les pitres
 
            Et dansent sur le papier
                      J’écoute
            Quelqu’un qui frappe du pied
                      La voûte
 
 
 

III


 
          Dans une fosse comme un ours
          Chaque matin je me promène
          Tournons tournons tournons toujours
          Le ciel est bleu comme une chaîne
          Dans une fosse comme un ours
          Chaque matin je me promène

          Dans la cellule d’à côté
          On y fait couler la fontaine
          Avec les clefs qu’il fait tinter
          Que le geôlier aille et revienne
          Dans la cellule d’à côté
          On y fait couler la fontaine
 
 
 

IV


 
Que je m’ennuie entre ces murs tout nus
              Et peints de couleurs pâles
Une mouche sur le papier à pas menus
              Parcourt mes lignes inégales
 
Que deviendrai-je ô Dieu qui connais ma douleur
              Toi qui me l’as donnée
Prends en pitié mes yeux sans larmes ma pâleur
              Le bruit de ma chaise enchaînée
 
Et tous ces pauvres cœurs battant dans la prison
              L’Amour qui m’accompagne
Prends en pitié surtout ma débile raison
              Et ce désespoir qui la gagne
 
 
 

V


 
          Que lentement passent les heures
          Comme passe un enterrement

          Tu pleureras l’heure où tu pleures
          Qui passera trop vitement
          Comme passent toutes les heures
 
 
 

VI


 
          J’écoute les bruits de la ville
          Et prisonnier sans horizon
          Je ne vois rien qu’un ciel hostile
          Et les murs nus de ma prison
 
          Le jour s’en va voici que brûle
          Une lampe dans la prison
          Nous sommes seuls dans ma cellule
          Belle clarté Chère raison
 

Septembre 1911.

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 8 juin 2013 à 10h15

Libellule et forficule
Ont été mis en cellule.

Ils ont dit: "Quoi, ces crapules
Ne voudraient pas qu’on circule?

Nous, on sort par la serrure".

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 8 juin 2013 à 11h02

Ici dans la prison
Le bourreau est très tendre
Il chante en se rasant
On est charmé de l’entendre

               Mais là-bas dans la vie
               Qu’y pouvais-je bien faire
               Je n’avais pas d’amie
               Je n’avais pas non plus de mère

Dans la prison ici
La vie n’est pas très dure
La buvette est ouvrie  
Jusqu’à la fermeture

               Mais dans la vie là-bas
               Qu’y buvais-je d’amer
               Des citrops d’agricot
               Les thés gris du Kummer

       Merci merci merci

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 16 juillet 2014 à 13h10

incontemplant malcontent l’anhorizon
le pauvre prisonnier de sa contemporie
gorille encastré dans une cage à canaris
ne voit rien que les murs nus de sa prison

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αrvеrs : Sоnnеt à mоn аmi R...

Rоllinаt : Vаpеurs dе mаrеs

Rоllinаt : «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...»

Νеlligаn : Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе

Lесоntе dе Lislе : Lа Τristеssе du Diаblе

Sаint-Ρоl-Rоuх

Соppéе : Flеurs impurеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Νоuvеаu : Sоnnеt dе lа lаnguе

Сlаudеl : Τénèbrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Riсhеpin : Sоnnеt rоmаntiquе

Rоllinаt : Lеs Étоilеs blеuеs

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lоuÿs : Lа Fеmmе qui dаnsе

Spirе : Αh ! ј’аimеrаis аimеr, dаns се frоid еnivrаnt,

Lоrrаin : L’Étаng mоrt

Lоuÿs : L’Εnfоurсhеmеnt

Соppéе : «J’éсris près dе lа lаmpе. Ιl fаit bоn. Riеn nе bоugе...»

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Lоrrаin : Lе Jеunе Hоmmе еt lа Μоrt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сiеl rеluisаnt, qui déсоuvrе lе lustrе...» (Lе Саrоn)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt rоmаntiquе (Riсhеpin)

De Сосhоnfuсius sur «Sоlitаirе еt pеnsif, dаns un bоis éсаrté...» (Dеspоrtеs)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Jеаn-Βаptistе sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Vinсеnt sur «Τаnt quе mеs уеuх pоurrоnt lаrmеs épаndrе...» (Lаbé)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Сlаudе Gаrniеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αpоllinаirе

De Lа fоuinе sur «J’аimе lа sоlitudе еt mе rеnds sоlitаirе...» (Νеrvèzе)

De ΙsisΜusе sur Соuplеs prédеstinés (Νоuvеаu)

De Lа fоuinе sur Ρâlе sоlеil d’hivеr (Lаfоrguе)

De piсh24 sur Μуrthо (Νеrvаl)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Unе flеur pаssаgèrе, unе vаinе pеinturе...» (Gоmbаud)

De gеpеttоz sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Sеnsаtiоn (Rimbаud)

De piсh24 sur Lе Gоût dеs lаrmеs (Rоllinаt)

De Gоrdеаuх sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Сhristiаn sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе