Pierre Albert-Birot

La Lune ou le Livre des poèmes, 1924


Chronique : chez Paul Guillaume


 
Le treizième jour de Novembre en cette année 1917
Nous fûmes chez le négrophile Paul Guillaume
Faubourg Saint-Honoré 108 à 8 heures
À quelques temps de là
Apollinaire arriva
S’assit sur une chaise en cuir et parla
D’abord d’un nouvel art qu’un jour il implicita
Quelque chose comme le technaphéisme
Dirais-je pour parler simplement
Et qu’un Américain a pu réaliser
Puisqu’on a pu photographier
Entre Mai et Octobre
Le premier plâtre à toucher
Ensuite Apollinaire a touché
La poésie non les poètes
Et nouvel Homme-Feu
Il nous a révélé tous les secrets des Dieux
Qui le tutoient
Si bien que maintenant tous ceux qui l’ont ouï
N’ont plus le droit de dire
Que dit donc ce poème ah je n’ai pas compris
Et puis ce fut du Debussy
Par ci
Les poètes X Y et Z par là
Et le profond aujourdhui
De Monsieur Blaise Cendrars
Ce qu’a pensé l’auteur d’Henriette Sauret
Je le dirai quand le saurai
Et ce furent trois interludes mis en musique
Comique
Par Auric
Et chantés par Bertin
On a beaucoup aimé ces trois petits morceaux
Qui s’en vont bien jusqu’à la fin
Et puis et puis ce fut Satie Erik
Qui Parada et disparut
Et Lara qui avait paru
Reparut
Et rythma quand même
Ainsi qu’elle l’avait voulu
Dans un silence de bréviaire
Il pleut d’Apollinaire
 
Et nous laissâmes la lumière
Pour la nuit de la rue
 

©  

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rаgеs dе Сésаrs (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Jе mе fеrаi sаvаnt еn lа philоsоphiе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhеvriеr (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе