Verhaeren

(1855-1916)

Les Heures claires

(1896)

Ô lа splеndеur dе nоtrе јоiе...

Quоiquе nоus lе vоуiоns flеurir dеvаnt nоs уеuх...

Се сhаpitеаu bаrbаrе, оù dеs mоnstrеs sе tоrdеnt...

Lе сiеl еn nuit s’еst déplié...

Сhаquе hеurе, оù је pеnsе à tа bоnté...

Τu аrbоrеs pаrfоis сеttе grâсе bénignе...

Οh ! lаissе frаppеr à lа pоrtе...

Соmmе аuх âgеs nаïfs, је t’аi dоnné mоn сœur...

Lе printеmps јеunе еt bénévоlе...

Viеns lеntеmеnt t’аssеоir...

Соmbiеn еllе еst fасilеmеnt rаviе...

Αu tеmps оù lоnguеmеnt ј’аvаis sоuffеrt...

Εt qu’impоrtеnt еt lеs pоurquоis еt lеs rаisоns...

À сеs rеinеs qui lеntеmеnt dеsсеndеnt...

Jе dédiе à tеs plеurs, à tоn sоurirе...

Jе nоiе еn tеs dеuх уеuх mоn âmе tоutе еntièrе...

Ρоur nоus аimеr dеs уеuх...

Αu сlоs dе nоtrе аmоur, l’été sе соntinuе...

Quе tеs уеuх сlаirs, tеs уеuх d’été...

Dis-mоi, mа simplе еt mа trаnquillе аmiе...

Εn сеs hеurеs оù nоus sоmmеs pеrdus...

Οh ! се bоnhеur...

Vivоns, dаns nоtrе аmоur еt nоtrе аrdеur...

Sitôt quе nоs bоuсhеs sе tоuсhеnt...

Ρоur quе riеn dе nоus dеuх n’éсhаppе à nоtrе étrеintе...

Βiеn quе déјà, се sоir...

Lе dоn du соrps, lоrsquе l’âmе еst dоnnéе...

Fût-il еn nоus unе sеulе tеndrеssе...

Lе bеаu јаrdin flеuri dе flаmmеs...

S’il аrrivе јаmаis...

 

Verhaeren

Les Heures claires, 1896



Ô la splendeur de notre joie,
Tissée en or dans l’air de soie !
 
Voici la maison douce et son pignon léger,
Et le jardin et le verger.
 
Voici le banc, sous les pommiers
D’où s’effeuille le printemps blanc,
À pétales frôlants et lents.
 
Voici des vols de lumineux ramiers
Planant, ainsi que des présages,
Dans le ciel clair du paysage.
 
Voici, pareils à des baisers tombés sur terre
De la bouche du frêle azur,
Deux bleus étangs simples et purs,
Bordés naïvement de fleurs involontaires.
 
Ô la splendeur de notre joie et de nous-mêmes,
En ce jardin où nous vivons de nos emblèmes.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 19 mai 2013 à 10h33


Je voudrais peindre ma joie
Sur un long rouleau de soie
Exposé au vent léger
Qui traverse mon verger.

Tombent les fleurs des pommiers,
Passent les nuages blancs ;
Déambulent à pas lents
Sur les branches, les ramiers.

L’étrange odeur de la terre
Et la clarté de l’azur
Font un amalgame pur ;

Cette joie involontaire
Ferait vibrer mon pinceau
Tout au long de ce rouleau.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : À Μаdеmоisеllе ***

Αutrаn : Un début

Fоurеst : Un hоmmе

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Viеillаrd еt l’Ânе

Μаrоt : Αu rоi dе Νаvаrrе : «Μоn sесоnd Rоi, ј’аi unе hаquеnéе...»

Sаint-Ρаvin : À un sоt аbbé dе quаlité

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Сurаrе- sur Un début (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе