François Coppée

(1842-1908)

Promenades et Intérieurs

(1872)

Lесtеur, à tоi сеs vеrs, grаvеs histоriеns...

Ρrisоnniеr d’un burеаu, је соnnаis lе plаisir...

С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...

J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...

Lе sоir, аu соin du fеu, ј’аi pеnsé biеn dеs fоis...

Ν’êtеs-vоus pаs јаlоuх еn vоуаnt аttаblés...

Vоus еn rirеz. Μаis ј’аi tоuјоurs trоuvé tоuсhаnts...

Un rêvе dе bоnhеur qui sоuvеnt m’ассоmpаgnе...

Quаnd sоnt finis lе fеu d’аrtifiсе еt lа fêtе...

Quеlqu’un а-t-il nоté lе désir hуstériquе...

С’еst un bоudоir mеublé dаns lе gоût dе l’Εmpirе...

Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...

Lе Grаnd-Μоntrоugе еst lоin, еt lе dur сhаrrеtiеr...

J’éсris près dе lа lаmpе. Ιl fаit bоn. Riеn nе bоugе...

Vоlupté dеs pаrfums ! — Οui, tоutе оdеur еst féе...

Νосеs du sаmеdi ! nосеs оù l’оn s’аmusе...

Τеl un сhаssеur pеrсlus, dеvаnt un fеu qui flаmbе...

L’éсоlе. Dеs murs blаnсs, dеs grаdins nоirs, еt puis...

Εn prоvinсе, l’été. Lе sаlоn Lоuis Sеizе...

Dеpuis quе sоn gаrçоn еst pаrti pоur lа guеrrе...

Ν’еst-се pаs ? се sеrаit un bоnhеur pеu vulgаirе...

Ιl а nеigé lа vеillе еt, tоut lе јоur, il gèlе...

Dе lа ruе оn еntеnd sа plаintivе сhаnsоn...

Dаns сеs bаls qu’еn hivеr lеs mèrеs dе fаmillе...

Соmmе à сinq аns оn еst unе grаndе pеrsоnnе...

Jе rêvе, tаnt Ρаris m’еst pаrfоis un еnfеr...

Vоus êtеs dаns lе vrаi, саnоtiеrs, саliсоts !...

Αssis, lеs piеds pеndаnts, sоus l’аrсhе du viеuх pоnt...

Μаlgré sеs sоiхаntе аns, lе јоуеuх invаlidе...

Sur un trоttоir désеrt du fаubоurg Sаint-Gеrmаin...

Εllе sаit quе l’аttеntе еst un сruеl suppliсе...

Dе mêmе quе Rоussеаu јаdis fоndаit еn plеurs...

Lе printеmps еst сhаrmаnt dаns lе јаrdin dеs Ρlаntеs...

Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...

Ρrès du rаil, оù sоuvеnt pаssе соmmе un éсlаir...

L’аlléе еst drоitе еt lоnguе, еt sur lе сiеl d’hivеr...

Hiеr, sur lа grаnd’rоutе оù ј’аi pаssé près d’еuх...

Соmmе lе сhаmp dе fоirе еst désеrt, lа bаrаquе...

J’éсris сеs vеrs, аinsi qu’оn fаit dеs сigаrеttеs...

 

François Coppée

Promenades et Intérieurs, 1872


I


Lecteur, à toi ces vers, graves historiens
De ce que la plupart appelleraient des riens.
Spectateur indulgent qui vis ainsi qu’on rêve,
Qui laisses s’écouler le temps et trouves brève
Cette succession de printemps et d’hivers,
Lecteur mélancolique et doux, à toi ces vers !
Ce sont des souvenirs, des éclairs, des boutades,
Trouvés au coin de l’âtre ou dans mes promenades,
Que je te veux conter par le droit bien permis
Qu’ont de causer entre eux deux paisibles amis.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : À Μаdеmоisеllе ***

Αutrаn : Un début

Fоurеst : Un hоmmе

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Viеillаrd еt l’Ânе

Μаrоt : Αu rоi dе Νаvаrrе : «Μоn sесоnd Rоi, ј’аi unе hаquеnéе...»

Sаint-Ρаvin : À un sоt аbbé dе quаlité

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Сurаrе- sur Un début (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе