Verlaine

(1844-1896)

Amour

(1888)

Ρrièrе du Μаtin

Éсrit еn 1875

Un Соntе

Βоurnеmоuth

Τhеrе

Un Сruсifiх

Βаllаdе à prоpоs dе dеuх Οrmеаuх qu’il аvаit

Sur un Rеliquаirе qu’оn lui аvаit dérоbé

À Μаdаmе X... еn lui еnvоуаnt unе Ρеnséе

Un Vеuf pаrlе

Ιl pаrlе еnсоrе

Βаllаdе еn Rêvе

Αdiеu

Βаllаdе еn l’hоnnеur dе Lоuisе Μiсhеl

À Lоuis ΙΙ dе Βаvièrе

Ρаrsifаl

Sаint Grааl

Gаis еt соntеnts

À Fеrnаnd Lаnglоis

Déliсаtеssе

Αngélus dе Μidi

À Léоn Vаlаdе

À Εrnеst Dеlаhауе

À Émilе Βlémоnt

À Сhаrlеs dе Sivrу

À Εmmаnuеl Сhаbriеr

À Εdmоnd Τhоmаs

À Сhаrlеs Μоriсе

À Μаuriсе du Ρlеssуs

À prоpоs d’un  сеntеnаirе  dе Саldеrоn

À Viсtоr Hugо, еn lui еnvоуаnt Sаgеssе

Sаint Βеnоît-Jоsеph Lаbrе

Ρаrаbоlеs

Sоnnеt hérоïquе

Drаpеаu vrаi

Ρеnséе du sоir

Ρауsаgеs

Lucien Létinois

Μоn fils еst mоrt. J’аdоrе, ô mоn Diеu, vоtrе lоi...

Саr vrаimеnt ј’аi sоuffеrt bеаuсоup !...

Ô lа Fеmmе ! Ρrudеnt, sаgе, саlmе еnnеmi...

J’аi lа furеur d’аimеr. Μоn сœur si fаiblе еst fоu...

Ô sеs lеttrеs d’аlоrs ! lеs miеnnеs еllеs-mêmеs !...

Μоn fils еst brаvе : il vа sur sоn сhеvаl dе guеrrе...

Ô l’оdiеusе оbsсurité...

Τоut еn suivаnt tоn blаnс соnvоi, је mе disаis...

Ιl pаtinаit mеrvеillеusеmеnt...

Lа Βеllе аu Βоis dоrmаit. Сеndrillоn sоmmеillаit...

Jе tе vоis еnсоrе à сhеvаl...

Lе pеtit соin, lе pеtit nid...

Νоtrе еssаi dе сulturе еut unе tristе fin...

Ρuisquе еnсоrе déјà lа sоttisе tеmpêtе...

Сеttе аdоptiоn dе tоi pоur mоn еnfаnt...

Се pоrtrаit qui n’еst pаs rеssеmblаnt...

Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...

Ιl m’аrrivаit sоuvеnt, sеul аvес mа pеnséе...

Τu mоurus dаns lа sаllе Sеrrе...

Si tu nе mоurus pаs еntrе mеs brаs...

L’аffrеuх Ιvrу dévоrаtеur...

Ô Νоuvеllе-Fоrêt ! nоm dе féеriе еt d’аrmеs !...

Τа vоiх grаvе еt bаssе...

Ô mеs mоrts tristеmеnt nоmbrеuх...

Βаtignоllеs

À Gеоrgеs Vеrlаinе

 

Verlaine

Amour, 1888


There


 

À Émile Le Brun


« Angels » ! seul coin luisant dans ce Londres du soir,
Où flambe un peu de gaz et jase quelque foule,
C’est drôle que, semblable à tel très dur espoir,
Ton souvenir m’obsède et puissamment enroule
Autour de mon esprit un regret rouge et noir :
 
Devantures, chansons, omnibus et les danses
Dans le demi-brouillard où flue un goût de rhum,
Décence, toutefois, le souci des cadences,
Et même dans l’ivresse un certain décorum,
Jusqu’à l’heure où la brume et la nuit se font denses.
 
« Angels » ! jours déjà loin, soleils morts, flots taris ;
Mes vieux péchés longtemps ont rôdé par tes voies,
Tout soudain rougissant, misère ! et tout surpris
De se plaire vraiment à tes honnêtes joies,
Eux pour tout le contraire arrivés de Paris !
 
Souvent l’incompressible Enfance ainsi se joue,
Fût-ce dans ce rapport infinitésimal,
Du monstre intérieur qui nous crispe la joue
Au froid ricanement de la haine et du mal,
Ou gonfle notre lèvre amère en lourde moue.
 
L’Enfance baptismale émerge du pécheur,
Inattendue, alerte, et nargue ce farouche
D’un sourire non sans franchise ou sans fraîcheur,
Qui vient, quoi qu’il en ait, se poser sur sa bouche
À lui, par un prodige exquisement vengeur.
 
C’est la Grâce qui passe aimable et nous fait signe.
Ô la simplicité primitive, elle encor !
Cher recommencement bien humble ! Fuite insigne
De l’heure vers l’azur mûrisseur de fruits d’or !
« Angels » ! ô nom revu, calme et frais comme un cygne !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

☆ ☆ ☆ ☆

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Οrléаns : «Fiеz-vоus-у...»

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Cоmmеntaires récеnts

De Сhristiаn sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Сосhоnfuсius sur Νаturе pаrisiеnnе (Gаlоу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rishi (Μénаrd)

De Jаdis sur «Lе Μаriniеr qui plus аgité n’еrrе...» (Lа Gеsséе)

De Сосhоnfuсius sur «À bеаuсоup dе dаngеr еst suјеttе lа flеur...» (Сhаssignеt)

De Jаdis sur «Νе ditеs pаs...» (Μоréаs)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе