Verlaine

Parallèlement, 1889


Lombes


 
Deux femmes des mieux m’ont apparu cette nuit.
Mon rêve était au bal, je vous demande un peu !
L’une d’entre elles maigre assez, blonde, un œil bleu,
Un noir et ce regard mécréant qui poursuit.
 
L’autre, brune au regard sournois qui flatte et nuit,
Seins joyeux d’être vus, dignes d’un demi-dieu !
Et toutes deux avaient, pour rappeler le jeu
De la main chaude, sous la traîne qui bruit,
 
Des bas de dos très beaux et d’une gaîté folle
Auxquels il ne manquait vraiment que la parole,
Royale arrière-garde aux combats du plaisir.
 
Et ces Dames — scrutez l’armorial de France —
S’efforçaient d’entamer l’orgueil de mon désir,
Et n’en revenaient pas de mon indifférence.
 

             
Vouziers (Ardennes), 13 avril — 23 mai 1885.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 23 septembre 2014 à 13h49

Songe égrillard
--------------------

Paul Verlaine en dormant voit des chairs féminines ;
Sans être un cauchemar, ça le tourmente un peu,
Il aimerait mieux voir, peut-être, un dragon bleu,
Ou, par la grande route, un errant qui chemine.

Comme un renard aux bois n’ose aborder l’hermine,
Verlaine s’en remet à la grâce de Dieu :
Il ne se sent pas fort pour jouer à ce jeu
Qui gentiment commence, et fort mal se termine.

Combien mieux aime-t-il une beuverie folle,
Une nuit de chansons, une orgie de paroles,
Tout, sauf l’aveuglement d’un sulfureux plaisir !

Paul, ne t’affole pas, beau troubadour de France,
D’autres sont, plus que toi, prisonniers du désir,
Toi qu’on peut appeler maître en indifférence.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 19 décembre 2017 à 11h41

Jument-grue
-------

La jument-grue d’azur a la voix féminine,
Elle ne va pas loin, mais elle vole un peu,
Tu aimerais mieux voir, peut-être, un dragon bleu,
Ou, par la grande route, un démon qui chemine.

La jument-grue d’azur voudrait être d’hermine
Et le sera sans doute, à la grâce de Dieu :
Car Dieu est assez bon pour jouer à ce jeu
Qui gentiment commence, et fort bien se termine.

Or, je crois qu’il préfère une licorne folle,
Qui, pour lui, organise une orgie de paroles,
Dans les aveuglements d’un sulfureux plaisir !

Mais ne t’affole pas, ma jument-grue de France,
D’autres sont, plus que toi, victimes d’un désir,
Toi qu’on nomme maîtresse en les indifférences.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 octobre 2018 à 11h54

Anomalie mégalithique
---------------------------

Ce monument se tient près d’une ancienne mine ;
Il n’est pas très subtil, mais il m’étonne un peu ;
Car les blocs sont égaux, pièces d’un même jeu,
Un filet de couleur sur chacun d’eux chemine.

Sont-ce les korrigans, sous la lune d’hermine,
Qui l’ont ainsi posé pour un étrange dieu ?
Or, je n’y vois pourtant nulle trace de feu ;
Ce qu’est ce tumulus, rien ne le détermine.

Serait-ce le logis de la licorne folle,
A-t-il enregistré ses fantasques paroles ?
D’en entendre une ou deux, ça me ferait plaisir !

Ah, qu’il reste inconnu, ce monument de France,
De tout savoir sur lui je n’ai pas le désir ;
Mais ne prenez pas ça pour de l’indifférence.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

Silvеstrе : Lе Ρlus Dоuх Сhеmin

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Hеurеuх, lоin dе Ρаris, d’еrrеr еn се dоuх liеu...» (Sаintе-Βеuvе)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur «Lе Βаbуlоniеn sеs hаuts murs vаntеrа...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Rеtrаitе (Sаmаin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе