Paul-Jean Toulet

(1867-1920)

Les Contrerimes

(1921)

Contrerimes ×

Αvril, dоnt l’оdеur nоus аugurе...

Τоi qu’еmpоurprаit l’âtrе d’hivеr...

Ιris, à sоn brillаnt mоuсhоir...

Сеs rоsеs pоur mоi dеstinéеs...

Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...

Ιl plеuvаit. Lеs tristеs étоilеs...

Lе miсrоbе : Βоtulinus...

Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...

Νосturnе.

Fô а dit...

С’étаit lоngtеmps аvаnt lа guеrrе.

Lе Gаrnо.

Ρrinсеs dе lа Сhinе.

Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....

Εn sоuvеnir dеs grаndеs Ιndеs...

Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...

D’un nоir éсlаir mêlés, il sеmblе...

Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...

Rêvеs d’еnfаnt.

Αmаrissimеs.

Lа prеmièrе fоis.

Βоulоgnе.

Саrthаmе сhаtоуаnt, сinаbrе...

Éléphаnt dе Ρаris.

Ô pоètе, à quоi bоn сhеrсhеr...

Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...

Сеt huissiеr, qui јеtаit, l’été...

Lе sоnnеur sе suspеnd, s’élаnсе...

Τеl vаriаit аu јоur сhаngеаnt...

Lа Сigаlе.

Τаndis qu’à l’аrgilе аu flаnс vеrt...

Сhеvаuх dе bоis.

L’Ιngénuе.

Се fut pаr un sоir dе l’аutоmnе...

Un Jurаnçоn 93...

Соmmе à се rоi lасоniеn...

Dе tоut се gаlа dе prоvinсе...

Quеl pаs sur lе pаvé bоuеuх...

Εmbrаssеz-mоi, pеtitе fillе...

L’immоrtеllе, еt l’œillеt dе mеr...

Βауоnnе ! Un pаs sоus lеs Αrсеаuх...

À l’Αlсаzаr nеuf, оù dоn Jауmе...

Αinsi, се сhеmin dе nuаgе...

Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...

Μоllе rivе dоnt lе dеssin...

Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...

Νоus јеtâmеs l’аnсrе, Μаdаmе...

Sаigоn : еntrе un сiеl d’еsсаrbоuсlе...

J’аi bеаu trоuvеr biеn sуmpаthiquе...

J’аi vu lе Diаblе, l’аutrе nuit...

Οn dеsсеndrаit, si vоus l’оsiеz...

С’étаit, dаns lеs vаpеurs du nаrd...

Εnfin, puisquе с’еst Sа dеmеurе...

Τоut аinsi quе сеs pоmmеs...

À Lоndrеs је соnnus Βеllа...

Αu détоur dе lа ruе étrоitе...

Dаns lа ruе-dеs-Dеuх-Déсаdis...

С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...

Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...

Ρоur unе dаmе imаginаirе...

Ρâlе mаtin dе Févriеr...

Μе rеndrаs-tu, rivаgе bаsquе...

Τоutе аllégrеssе а sоn défаut...

Τоi, pоur qui lеs diеuх du mуstèrе...

Épitаphе.

Sur l’осéаn соulеur dе fеr...

Ô јоur qui mеurs à sоngеr d’еllе...

Ιn mеmоriаm J. G. Μ.

Quаnd l’âgе, à mе fоndrе еn débris...

Lа viе еst plus vаinе unе imаgе...

Chansons +
Dixains +
Coples +
 

Paul-Jean Toulet

Les Contrerimes, 1921


              XXXVIII

 


 
Quel pas sur le pavé boueux
    Sonne à travers la brume ?
Deux boutiquiers, crachant le rhume,
    S’en retournent chez eux.
 
— « C’est ce cocu de Lagnabère.
    — Oui, Faustine. 
                            — Ah, mon Dieu,
En çà de Cogomble, quel feu !
    — Oui, c’est le réverbère.
 
— Comme c’est gai, le mauvais temps...
    Et recevoir des gifles.
— Oui, Faustine. »
                            À présent, tu siffles
    L’air d’Amour et Printemps.
 
Querelles, pleurs tendres à boire —
    Et toi qu’en tes détours
J’écoute, ô vent, contre les tours
    Meurtrir ta plume noire.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 29 avril 2016 à 18h25

Loin de nos villages boueux
Est la forteresse de brume ;
Loin du monde et de son écume,
Les Bouddhas ont un lieu pour eux.

Dans leur cellule, en méditant,
Même si l’heure est bien tardive,
De leurs perceptions, ils se privent :
Mais dans leur coeur, c’est le printemps.

Ils n’ont que de l’eau fraîche à boire,
Ils n’ont, pour jardin, qu’une cour ;
Mais c’est à eux qu’on a recours
Pour effacer les idées noires.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Gаutiеr : Quеstiоns

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

Dubоs : À Frоntоn : «Τоi qui, саpitаinе, оrаtеur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Rоllinаt : Lа Сhèvrе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μillе bаisеrs pеrdus, millе еt millе fаvеurs...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе du vоуаgеur (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur À Μаdаmе Jоséphinе dе Fеr... (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе