Victor Segalen

(1878-1919)

Stèles

(1912)

Εllеs sоnt dеs mоnumеnts rеstrеints à unе tаblе dе piеrrе...

Stèles face au midi +
Stèles face au Nord +
Stèles orientées +
Stèles occidentées ×
Stèles du bord du chemin +
Stèles du milieu +
 

Victor Segalen

Stèles, 1912


Hymne au Dragon couché

Le Dragon couché : le ciel vide, la terre lourde, les nuées troubles ; soleil et lune étouffant leur lumière : le peuple porte le sceau d’un hiver qu’on n’explique pas.

 

Le Dragon bouge : le brouillard aussitôt crève et le jour croît. Une rosée nourrissante remplit la faim. On s’extasie comme à l’orée d’un printemps inespérable.

 

Le Dragon s’ébroue et prend son vol : à Lui l’horizon rouge, sa bannière, le vent en avant-garde et la pluie drue pour escorte. Riez d’espoir sous la crépitation de son fouet lancinant : l’éclair.

 

o

 

Hé ! Las ! hé, Dragon couché ! Enspiralé ! Héros paresseux qui sommeille en l’un de nous, inconnu, engourdi, irrévélé,

 

Voici des figues, voici du vin tiède, voici du sang : mange et bois et flaire : nos manches agitées t’appellent à grands coups d’ailes.

 

Lève-toi, révèle-toi, c’est le temps. D’un seul bond saute hors de nous ; et pour affirmer ton éclat,

 

Cingle-nous du serpent de ta queue, fais-nous malades au clin de tes petits yeux, mais brille hors de nous, — oh ! brille !


Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 13 mai 2013 à 16h58


Sur le mur du jardin se repose un lézard,
Cousin des fiers dragons qui défendent l’Empire.
Je lui offre une figue, il la mord sans rien dire,
Il n’en mange, au total, qu’une petite part.

Je l’observe pour voir s’il voudra, par hasard,
Inspirer un poème à ma modeste lyre ;
Mais il garde une allure assez pince-sans-rire,
Sans même une lueur dans son humble regard.

Va-t-il, d’une détente, affirmer son éclat ?
Restera-t-il posé sur le mur, bien à plat ?
Dira-t-il un bon mot, ainsi qu’un joyeux drille ?

Malheur ! On ne le voit, maintenant, plus du tout :
Le traître, par surprise, est rentré dans son trou,
Le voici soudain qui par son absence brille !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 octobre 2019 à 11h36

Dragon du calice
----------------

C’est un noble dragon, ce n’est pas un lézard,
Il reçoit de la viande et du vin de l’Empire ;
Assis dans un calice, il reste sans rien dire,
Ayant, de la boisson, goûté plus que sa part.

Le seul dieu qu’il invoque est celui du Hasard,
Jamais celui du Temps ni celui de la Lyre ;
Il lit des vers tracés par le démon du Rire
Mais ne porte sur eux qu’un fugitif regard.

Je le vois dans ce temple affirmer son éclat,
Surtout quand le cuistot lui apporte un bon plat ;
C’est un noble dragon, mais c’est un joyeux drille.

Au temple, certains jours, il ne vient pas du tout,
Préférant méditer tout au fond de son trou ;
Mais il reste au jardin lorsque la lune brille.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 janvier 2020 à 12h11

Dragon aptère
-------

C’est l’âme d’un dragon dans le corps d’un lézard,
Magicien sans magie, empereur sans empire ;
Il subit son destin sans jamais le maudire,
Et d’ailleurs, il se fout du tiers comme du quart.

Il fut instruit, jadis, par le roi Balthazar
Qui même lui apprit à sonner de la Lyre ;
Car, sachez-le, ce roi n’est pas un triste sire,
Son goût pour les plaisirs se lit dans son regard.

-- Que nous  racontes-tu, beau lézard sans éclat ?
Ta vie fut-elle bonne, à ce qu’il te sembla ?
(Mais il ne répond rien, son esprit part en vrille).

Ce très sage animal ne pense pas beaucoup,
Mais il peut cependant nourrir des rêves fous,
Dans lesquels le réel par son absence brille.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 décembre 2020 à 13h52

Grande salamandre
----------

Plus sobre qu’un dragon, plus forte qu’un lézard,
Elle servit de maître aux sages de l’Empire ;
Son âme a la teneur du feu qu’elle respire,
Elle détient la clé des lois et du hasard.

La Dame Salamandre est aimée d’un renard
Dont pour elle souvent j’entends sonner la lyre ;
Il lui écrit des mots qu’elle a plaisir à lire,
Il lui fait découvrir la Forêt de Sénart.

Quand Noé sur sa nef les bêtes rassembla,
Elle fut la dernière, et le vaisseau trembla,
On entendit alors le rire du gorille.

-- Salamandre, ce monde est-il bien à ton goût ?
-- Oui, dans ce ramassis de sages et de fous,
On peut trouver aussi beaucoup de joyeux drilles.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τуаrd : «Jе vis rоugir sоn blаnс pоli ivоirе...»

Βаïf : «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...»

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоrrаin : Unе idуllе

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Cоmmеntaires récеnts

De Vinсеnt sur «Lе sоlеil еn tоus liеuх déсоuvrе sа lumièrе...» (Μоtin)

De Сосhоnfuсius sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt : «Ρоur vеinеr dе sоn frоnt...» (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...» (Βаïf)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе