Rodenbach

(1855-1898)

La Jeunesse blanche

(1886)

Ρrоlоguе

Choses de l’enfance +
Premier amour ×
Soirs de province +
Les Jours mauvais +
Mélancolie de l’Art +
 

Rodenbach

La Jeunesse blanche, 1886


L’Eau qui parle


 

 

I. — LES RIVIÈRES


 
Te rappelles-tu nos calmes rivières
Qui se répandaient, limpides et fières,
À travers les champs fleuris de houblons,
Dans le beau pays où les toits sont blonds.
Te rappelles-tu nos rivières lentes
Qui traînaient au loin leurs eaux indolentes,
Tristes de quitter un si doux climat.
À peine une barque avec un long mât
Troublait le sommeil des rivières calmes,
Où les nénuphars allongeaient leurs palmes,
Les nénuphars blancs qui semblaient des lys.
Oh ! les noms charmants : la Dendre et la Lys,
Qui, venant de voir quelques villes proches,
Conservaient encor un adieu de cloches,
Et dans la campagne apaisant leurs eaux
Chuchotaient tous bas aux jeunes roseaux
Qu’il est beau de voir sous des ciels maussades,
Le gothique noir des vieilles façades !
 
 
 

II. — LES RUISSEAUX


 
        Tu connais aussi nos ruisseaux,
                  Nos sources pures
        Où le feuillage au bord des eaux
        Met des guipures.
 
        L’eau prend plaisir sur le gazon
                  À se répandre
        Et va chanter à l’horizon
                  La mère Flandre !
 
        Petits ruisseaux arc-en-ciellés
                  Faisant des bulles,
        Petits ruisseaux qui sont frôlés
                  De libellules.
 
        Tous ces ruisseaux sont des flâneurs,
                  Ô mère Flandre !
        Mais ce sont aussi des donneurs
                  De conseil tendre.
 
        Zèle d’amour pris aux amants
                  Dans les kermesses,
        Qui font devant eux leurs serments,
                  Et leurs promesses.
 
        Petits ruisseaux, les confidents,
                  Chantant de joie
        Quand on rafraîchit ses mains dans
                  L’eau qui tournoie.
 
        Et, joyeux, donnant en cadeau,
                  Pour les dimanches
        Aux amoureux, des bagues d’eau
                  En perles blanches.
 
        Leurs talus sont si rapprochés
                  Qu’entre les berges
        Rien ne se mire : ni clochers,
                  Ni toit d’auberges,
 
        Ni grands moulins transfigurant
                  Le paysage ;
        Mais le cadre est juste assez grand
                  Pour un visage.
 
        Et c’est tout leur bonheur qu’au fil
                  De l’eau charmée
        Se reflète seul un profil
                  De femme aimée !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

Silvеstrе : Lе Ρlus Dоuх Сhеmin

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lеs Sépаrés

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rеtrаitе (Sаmаin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, sоrсiеrs еt dоuх, mеs uniquеs flаmbеаuх...» (Μоtin)

De Сосhоnfuсius sur Αbаndоnnéе (Lоrrаin)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Ruinеs du сœur (Соppéе)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе