Philothée O’Neddy

(1811-1875)

Feu et Flamme

(1833)

Nuits ×
Nuit première

Ρаndæmоnium

Nuit seconde

Νévrаlgiе

Nuit troisième

Rоdоmоntаdе

Nuit quatrième

Νéсrоpоlis

Nuit cinquième

Épisоdе

Nuit sixième

Suссubе

Nuit septième

Dаndуsmе

Nuit huitième

Érоs

Nuit neuvième

Ιnсаntаtiоn

Nuit dixième

Τrinité

Mosaïque +
 

Philothée O’Neddy

Feu et Flamme, 1833


Succube


 

            Elle valait tout un sérail !
Théophile Gautier.


 

Quoi ! tu veux retarder le moment du bonheur !
Alphonse Brot.


 
 
Je rêvais, l’autre nuit, qu’aux splendeurs des orages,
Sur le parquet mouvant d’un salon de nuages,
De terreur et d’amour puissamment tourmenté,
Avec une lascive et svelte Bohémienne,
        Dans une valse aérienne,
        Ivre et fou, j’étais emporté.
 
Comme mon bras cerclait sa taille fantastique !
D’un sein que le velours comprimait élastique
Oh ! comme j’aspirais les irritants parfums !
Et que j’étais heureux, lorsque, brusque et sauvage,
        Le vent roulait sur mon visage
        Les gerbes de ses cheveux bruns !
 
Certes il y avait bonheur et poésie
Dans le spasme infernal, la chaude frénésie,
L’émoi luxurieux, le corrodant languir,
Qui mordaient, harcelaient nos âmes remuées,
En tournoyant ainsi sur les molles nuées
        Que sous nos pieds nous sentions fuir !
 
Oh ! pitié ! — je me meurs. — Pitié ! ma blanche fée !
Disais-je d’une voix électrique, étouffée.
Regarde. — Tout mon corps palpite incandescent. —
Viens, viens, montons plus haut, montons dans une étoile ;
— Et là, que ta beauté s’abandonne sans voile
        À ma fougue d’adolescent !
 
Un fou rire la prit..... rire désharmonique,
Digne de s’éployer au banquet satanique.
— J’eus le frisson, mes dents jetèrent des strideurs. —
Puis soudain, plus de fée à lubrique toilette !
        Plus rien dans mes bras qu’un squelette
        M’étalant toutes ses hideurs !
 
Oh ! comme en ton amour se complait ta valseuse !
Murmurait sa voix rauque. Et sa poitrine osseuse
Pantelait de désir, râlait de volupté.
Et puis toujours, toujours, de nuage en nuage,
        Avec elle au fort de l’orage,
        Je bondissais épouvanté !
 
Pour me débarrasser de sa luxure avide,
Je luttais vainement dans la brume livide :
De ses bras anguleux l’enlacement profond
S’incrustait dans mes chairs ruisselantes de fièvre,
Et les baisers aigus de sa bouche sans lèvre
        M’incisaient la joue et le front.
 
Comme pour un adieu, dans ma sombre détresse,
Je criai tout-à-coup le nom de ma maîtresse.....
Quel trésor que ce nom ! quel divin talisman !
Le spectre me lâcha pour s’enfuir d’orbe en orbe.
— Et, joyeux du réveil, je touchai mon théorbe,
        Mon théorbe de nécroman.
 
 

1830.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 6 novembre 2014 à 15h40

Rêve de comptoir
--------------------

J’ai rêvé qu’au comptoir je mangeais du potage
(La belle tavernière ayant choisi ce gage)
Et qu’afin que j’en fusse un peu plus tourmenté,
La vaurienne l’avait lourdement pimenté.

J’ai rêvé que j’étais un éphèbe élastique
Qui dansait sur le zinc un ballet fantastique ;
La tavernière alors m’inondait de parfum,
Chose que j’acceptai, mais sans plaisir aucun.

J’ai rêvé que, par jeu, la dame déchaînée
Emprisonnait mon corps d’une étreinte effrénée.
Je me disais : pour qui ces jeux incandescents ?
Ça conviendrait bien mieux à un adolescent.

J’ai rêvé qu’à l’auberge arrivait ma maîtresse
Qui  se bornait à rire en voyant ma détresse,
Disant : je connaissais nombre de tes talents,
Mais certes pas celui de dresseur de juments !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Lа Fоntаinе : Lе Сhаrtiеr еmbоurbé

Jасоb : Silеnсе dаns lа nаturе

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Unе сhаrоgnе

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Vеrlаinе : Lе Dеrniеr Dizаin

Νоël : Visiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sаintе (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сосhоnfuсius sur Εn hivеr (Vеrhаеrеn)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Xi’аn sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz