Philothée O’Neddy

(1811-1875)

Feu et Flamme

(1833)

Nuits +
Mosaïque ×
Fragment premier

Splееn

Fragment second

Μуstèrе

Fragment troisième

Fаnаtismе.

Fragment quatrième

Ιl miо Τеsоrо

Fragment cinquième

Ρаgе dе Rоmаn

Fragment sixième

Αmоur

 

Philothée O’Neddy

Feu et Flamme, 1833


Mystère


 

Qui sait ce qui est derrière la mort ?... Qui sait si les âmes délivrées de leur prison matérielle, ne peuvent pas quelquefois revenir veiller sur les âmes qu’elles aiment, commercer mystérieusement avec ces douces compagnes encore captives et leur apporter en secret quelque vertu des anges et quelque joie du ciel ?
Victor Hugo.


 
« Seigneur, une Âme pure, innocente, ingénue,
Dans tes brillants parvis dernièrement venue,
Le croira-t-on jamais ? soupire et pleure encor !
Vainement, pour calmer son angoisse inconnue,
L’air se charge de myrrhe et des sons du Kinnor.
 
« Tes dômes lumineux, tes auréoles vives,
Tes anges, de ta gloire étincelants convives,
Ne peuvent absorber son déplaisir profond :
Nous l’entendons souvent, dans le Bois des Olives,
Redemander la terre et murmurer un nom. »
 
Sous mon Delta de feu qu’on l’amène sur l’heure !
Dit le souverain juge : et la sainte demeure
Vibra respectueuse au timbre de sa voix :
Et d’un vol cadencé la jeune Âme qui pleure,
Surgit, pâle colombe, aux pieds du Roi des rois.
 
— Jeune Âme, qu’ai-je appris ? certes, il est étrange
Que même dans le ciel, toi dont j’ai fait un ange,
Tu laisse errer des pleurs sur tes traits abattus :
Pourtant tu méritais un bonheur sans mélange,
Car le Livre de vie est plein de tes vertus.
 
Pour tuer la rigueur du mal qui te dévore,
Veux-tu que je te donne un char omnicolore,
Une tente de pourpre aux rideaux de vermeil ?
Veux-tu te couronner d’un royal météore,
Et luire dans l’éther comme un second soleil ?
 
— Oh ! non, mon père, non : répondit la jeune Âme.
Ce ne sont pas ces biens que ma douleur réclame.
Gardez tous vos trésors, vos sceptres de saphir,
Vos chars de diamant, vos couronnes de flamme,
Et parmi les humains laissez-moi revenir.
 
Je veux m’en retourner au bois où dort ma cendre...
Ma bien-aimée est là qui, malheureuse et tendre,
Du monde pour gémir se plaît à s’isoler.
Auprès d’elle, Seigneur, laissez-moi redescendre !
Son deuil est si profond ! je veux la consoler.
 
— Eh bien ! dit Jéhovah, j’exauce ta demande.
Je te bénis, mon fils. Lorsque l’amour commande,
Tout doit obéir, tout.... jusques à l’Éternel.
Un cœur qui sait aimer est la plus riche offrande
Dont on puisse jamais décorer mon autel. –
 
Et, du regard de Dieu légèrement froissée,
La porte du ciel s’ouvre : et, d’une aile insensée,
Le jeune esprit se plonge en l’éther spacieux :
À plein vol il descend, plus prompt que la pensée,
Vers un orbe lointain qui fascine ses yeux.
 
Autour de lui déjà les brises de la Terre
De leur grande harmonie apportent le mystère :
Son pied rase des monts le nébuleux cimier ;
Et, sous le ciel créole, en un parc solitaire,
Il se jette invisible aux feuilles d’un palmier.
 
Là, sur l’herbe et les fleurs, celle qu’il idolâtre
Repose : l’on dirait une nonne d’albâtre,
À voir sa vénusté, son calme et sa pâleur :
Elle dort..... mais sa lèvre ardente et violâtre
Révèle qu’en son sein ne dort pas la douleur.
 
Doux comme le parfum que la rosée éveille,
L’esprit du bien-aimé se glisse à son oreille ;
Il mêle à ses cheveux de suaves senteurs :
Et, pour rasséréner son beau front qui sommeille,
À voix basse il lui dit ces mots fascinateurs :
 
— Ne te désole plus, ma colombe chérie !
Je reviens : ta beauté dans les larmes flétrie
N’a pas à mon amour fait un stérile appel.
Pour l’humble solitude où se cache ta vie,
J’ai quitté sans regret tous les bonheurs du ciel.
 
Je veux qu’autour de toi, comme une pure essence,
En tous lieux et toujours oscille ma présence :
Je veux que tu l’aspire au milieu des concerts
Que la nature exhale, et dans l’effervescence
Des émanations qui parfument les airs.
 
Au doux tomber du jour, lorsque la rêverie
Alanguira tes pas dans la tiède prairie,
Sur les losanges d’or mon âme glissera ;
Et suspendant son vol, belle, heureuse, attendrie,
Comme en nos soirs d’amour elle te sourira.
 
La nuit, je frôlerai les rideaux de ta couche ;
Je mêlerai mon souffle au souffle de ta bouche ;
J’imprégnerai tes sens d’un mystique bonheur :
Et jamais nul démon, de son rire farouche,
N’osera dans un rêve épouvanter ton cœur.
 
Suspends à ton balcon des harpes d’Éolie :
Et lorsque les vapeurs de la mélancolie
Rembruniront pour toi l’aspect de ton séjour,
Mon ombre te jouera, sur la corde amollie
Des airs voluptueux comme un frisson d’amour.
 
Oh ! souvent, n’est-ce pas ? de langueur expirante,
Tu viendras visiter la forêt murmurante
Où les premiers aveux firent trembler ma voix ;
Où de mes chastes bras l’étreinte délirante
T’attira vers mon cœur pour la première fois ?
 
Là, mon fantôme encor, plein de jeunes ivresses,
Veut te faire un réseau de brûlantes caresses ;
Mon baiser veut encor frissonner sur ta main,
Courir sur tes cils noirs, sur tes soyeuses tresses,
Incendier ta lèvre et jasper ton beau sein.
 
Oh ! oui, jusques à l’heure où, pour le vrai cénacle,
Ton âme laissera le terrestre habitacle
Je tiendrai ma ferveur roulée autour de toi :
Tu pourras t’éjouir comme en un tabernacle,
Dans ce chaste penser : son âme est avec moi !...
 
 

18..

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Gаutiеr : Quеstiоns

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

Dubоs : À Frоntоn : «Τоi qui, саpitаinе, оrаtеur...»

Lаmаrtinе : L’Αutоmnе

Βаudеlаirе : Μаdеmоisеllе Βistоuri

Ρаrnу : «D’un lоng sоmmеil, ј’аi gоûté lа dоuсеur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si с’еst dеssus lеs еаuх quе lа tеrrе еst prеsséе...» (Spоndе)

De Сосhоnfuсius sur «Μа Dаmе, је mе mеurs аbаndоnné d’еspоir...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sur un mаi (Ρаssеrаt)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz