Philothée O’Neddy

(1811-1875)

Feu et Flamme

(1833)

Nuits +
Mosaïque ×
Fragment premier

Splееn

Fragment second

Μуstèrе

Fragment troisième

Fаnаtismе.

Fragment quatrième

Ιl miо Τеsоrо

Fragment cinquième

Ρаgе dе Rоmаn

Fragment sixième

Αmоur

 

Philothée O’Neddy

Feu et Flamme, 1833


Fanatisme


 

   
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  À la rage il adore,
Républicain naïf, les romaines vertus :
Il se donne les airs et le ton d’un Brutus !
Théophile Dondey.


 
Que je l’aime ce nom, saint dans tous les langages,
Ce nom terrible, écrit sur le char des orages,
Ce nom, beau de puissance et d’immortalité,
Qui fait pleurer les rois dans leur alcôve immonde,
Que nous verrons un jour le seul culte du monde,
            Ce nom de bronze, Liberté !...
 
Lorsque, tout grandiose, il vibre à mon oreille,
Ma fougue de poète en sursaut se réveille,
D’héroïques éclairs jaillissent de mon œil,
Ma main veut s’appuyer sur le pommeau d’un glaive,
J’ai des frissons de gloire, et mon front se relève
            Couronné d’un joyeux orgueil !
 
Ô ! sainte Liberté, si ma Lutèce encore
Voyait d’un fils des camps le bouclier sonore
Remplacer au Forum les tables de ses lois,
S’ils renaissaient encor les jours du despotisme,
Si la France expirait, va, mon patriotisme
            Ne serait point morne à ta voix.
 
Vainement de César le trône sacrilège
Resplendirait, gardé par le double cortège
D’un sénat avili, d’un prétoire invaincu :
Du vertueux Brutus je relirais le crime...
Je n’aurais point pitié du conquérant sublime :
            — Bientôt César aurait vécu.
 

1828.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Αu bоrd dе l’еаu

Rоllinаt : À unе mуstériеusе

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Соrnе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Un ivоirе vivаnt, unе nеigе аniméе...» (Dеspоrtеs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lаit dе sеrpеnt (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz