Philothée O’Neddy

(1811-1875)

Feu et Flamme

(1833)

Nuits ×
Nuit première

Ρаndæmоnium

Nuit seconde

Νévrаlgiе

Nuit troisième

Rоdоmоntаdе

Nuit quatrième

Νéсrоpоlis

Nuit cinquième

Épisоdе

Nuit sixième

Suссubе

Nuit septième

Dаndуsmе

Nuit huitième

Érоs

Nuit neuvième

Ιnсаntаtiоn

Nuit dixième

Τrinité

Mosaïque +
 

Philothée O’Neddy

Feu et Flamme, 1833


Dandysme


 

Mon ange, à ton piano si tu voulais t’assoir ?...
Théophile Dondey.


 

 

I


 
C’est l’heure symphonique où, parmi les ramures,
Roulent du rossignol les tendres fioritures ;
L’heure voluptueuse où le cœur des amants,
Au seuil du rendez-vous, double ses battements.
Des murmures du soir les merveilles suaves
D’un mol enivrement chargent les sens esclaves.
L’atmosphère est sans brume, et, dans ses profondeurs,
Des joyaux de la nuit les magiques ardeurs
Tremblent. D’un bleu foncé l’onde immobile est teinte ;
Les massifs du bocage ont rembruni leur teinte,
Et du jour qui se meurt le reflet langoureux
Semble au front des rochers un turban vaporeux.
 
 
 

II


 
Assis dans les rameaux d’un chêne opaque et moite,
Aux bords d’un vivier pur dont la nappe miroite,
Je savoure à loisir les sourdes voluptés
Que la nature envoie à mes nerfs enchantés.
Les émanations des feuilles et des tiges
M’enveloppent le corps d’un réseau de vertiges.
Mon œil ensorcelé se baigne avec amour
Dans la moire lunaire au floconneux contour :
Mon cœur se gonfle, s’ouvre, et darde à son cratère,
Mille pensers confus, phosphorescent mystère ;
Comme un punch allumé dresse au haut de son bol,
De ses flammes d’azur l’éparpillement fol.
Mais voici qu’à travers la pompe du silence,
Comme pour mieux bercer ma vague somnolence,
De la tour qui surplombe au mur du parc voisin
Jaillit l’arpègement d’un mâle clavecin.
Grâce aux brises du soir qui, dans leur fantaisie,
Ont du boudoir obscur ouvert la jalousie,
Les notes, les accords, mélodieux follets,
À mon oreille émue arrivent bien complets.
 
 
 

III


 
            Et d’abord, c’est le miracle
            Des oratorios divins,
            Que, dans leur chaste cénacle,
            Font ouïr les séraphins.
            Puis, c’est la preste cadence
            D’un double aviron qui danse
            Sur un lac sonore et frais ;
            C’est la rumeur monotone
            D’une rafale d’automne,
            Découronnant les forêts.
 
C’est le déchirement d’un rideau de nuages,
Où la livide main du gnome des orages
Dessine avec la foudre un delta sulfureux ;
C’est le roulement sourd des lointaines cascades
Qui s’en vont envahir, après mille saccades,
          Un précipice ténébreux.
 
            C’est le choc de deux armées
            Aux prises dans les vallons,
            Qui, les chairs bien entamées,
            Pourprent de sang les sillons.
            Entendez-vous les cymbales,
            Le rire strident des balles,
            Le rude bond du coursier,
            L’obus qui fouille la terre,
            Et les coups de cimeterre
            Parmi les bustes d’acier ?
 
C’est le sanglot d’amour, le doux râle qui tombe
De l’arbre où, pour aimer, se blottit la colombe ;
C’est la voix de cristal des champêtres clochers ;
C’est l’incantation vague, joyeuse et douce
Des nains du pays vert dégarnissant de mousse
          Les interstices des rochers.
 
 
 

IV


 
Que ce luxe d’accords, fugace mosaïque,
Improvisation pleine d’entraînement,
Me subjugue, m’étreint, s’allie heureusement
Au luxe de pensers de mon âme hébraïque !
Mon être intérieur me semble en ce moment
Une île orientale aux palais magnifiques,
Où deux grands magiciens, athlètes pacifiques,
Font, sous l’œil d’une fée, assaut d’enchantement.
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
Harmonie, ange d’or ! comme toujours tes nimbes
Savent de mon cerveau rasséréner les limbes !
Harmonie, Harmonie, oh ! quel amour puissant
Pour tes miracles saints fermente dans mon sang !....
— Si jamais la rigueur de mon sort me décide
À chercher un refuge aux bras du suicide,
Mon exaltation d’artiste choisira
Pour le lieu de ma mort l’italique Opéra.
Je m’enfermerai seul dans une loge à grilles ;
Et quand les violons, les hautbois et les strilles,
Au grand contentement de maint dilettante,
Accompagneront l’air du basso-cantante,
L’œil levé hardiment vers les sonores voûtes,
D’un sublime opium j’avalerai cent gouttes ;
Puis je m’endormirai sous les enivrements,
Sous les mille baisers, les mille attouchements
Dont la Musique, almé voluptueuse et chaste,
Sur ma belle agonie épanchera le faste.
 
 

1831

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : «Ρаuvrе pеtit сœur sur lа mаin...»

Lаfоrguе : Splееn : «Τоut m’еnnuiе аuјоurd’hui. J’éсаrtе mоn ridеаu...»

Μаupаssаnt : Αu bоrd dе l’еаu

Rоllinаt : À unе mуstériеusе

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Dеrniеrs sоupirs d’un pаrnаssiеn

Lаfоrguе : Sоnnеt : «J’éсаrtе mоn ridеаu, ј’étоuffе un bâillеmеnt...»

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Саrоlо Quintо impеrаntе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Stupеur (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Соrnе (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz