Henry J.-M. Levey

Cartes postales, 1900


République Argentine — La Plata


 

                                         
À Ruben Dario


Ni les attraits des plus aimables Argentines,
Ni les courses à cheval dans la pampa,
N’ont le pouvoir de distraire de son spleen
Le Consul général de France à la Plata !
 
On raconte tout bas l’histoire du pauvre homme :
Sa vie fut traversée d’un fatal amour,
Et il prit la funeste manie de l’opium ;
Il occupait alors le poste à Singapoore...
 
— Il aime à galoper par nos plaines amères,
Il jalouse la vie sauvage du gaucho,
Puis il retourne vers son palais consulaire,
Et sa tristesse le drape comme un poncho...
 
Il ne s’aperçoit pas, je n’en suis que trop sûre,
Que Lolita Valdez le regarde en souriant,
Malgré sa tempe qui grisonne, et sa figure
Ravagée par les fièvres d’Extrême-Orient...
 

Commentaire (s)
Déposé par Aramiws le 13 février 2019 à 14h43

Levet et non Levey
"sûre" avec un e
Merci de corriger

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Le Gardien le 14 février 2019 à 21h02

Merci pour le "sûre" !
Par contre l’auteur a toujours signé ses textes Levey (ou Leveÿ). Ses éditeurs posthumes ont cru bon de lui redonner son nom de naissance, on ne sait pourquoi...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Aramis le 20 février 2019 à 12h08

C’est exact, mais pensez au lycéen qui cherche vainement Levey dans un site de vente en ligne, sur la toile ou dans un fichier de bibliothèque. puisque toutes les éditions portent le nom de Levet.
Cordialement

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Aramis le 21 février 2019 à 12h37

"Ni les courses à cheval dans la pampa" est, si j’ose dire, un vers boiteux. Personne ne relève cette particularité. Qu’en pensez-vous?

La Plata aujourd’hui, tout en or et en braise,
Le consul a dit oui à Lolita Valdez.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Dartagniang le 21 février 2019 à 13h33

Oui, ce poème souffre de pieds bots, c’est clair !
Outre celui mentionné par Aramis, on peut noter :

N’ont le pouvoir de distraire de son spleen (11)
Que Lolita Valdez le regarde en souriant, (13)

Mais on ne compte plus les entorses à la prosodie classique qui auront été commises par l’auteur dans ces 4 quatrains !
- rimes masculines en désaccord avec les rimes féminines
- non élisions des mots en E caduc final suivies de mots débutant par une consonne (traversée_d’un fatal ; manie_de l’opium ; la vie_sauvage ; Ravagée par)
- césures libres

Je pense qu’il faut peut-être s’affranchir de toutes ces règles et accepter la structure anarchique des vers, prendre en considération les images et le sonorités.
Après tout, Levey (Levet pour l’état civil) n’a jamais fait partie d’un quelconque mouvement parnassien !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Aramis le 22 février 2019 à 16h24

Qu’il élude un e suivi d’une consonne, qu’il prenne des libertés avec les diérèses ne me gène pas, D’autres  grands poètes l’ont fait (ex. Apollinaire dans Mariizibill:
"Très tard dans les brasseries borgnes," ou
"Tirée d’un bordel de Changaï")
En revanche,je ne suis pas à l’aise avec les alexandrins de 11 syllabes :
Voir Nice :"Là-bas, dans la Nouvelle Galles du Sud"
Et cependant, Levet reste un des poètes que j’emporterais dans l’île déserte.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 22 février 2019 à 17h36

En 2024,  il y aura les jeux olympiques & virtuels
Et puis le breakdance
et aussi le surf  . .

Je surfe sur ton site, Aramis  multi-troll,
Enquiquineur de mon cochon-poète
mais les rimes d’antan
Ne te nourriront pas sur ton île
La prosodie était comme le vin
Pour la part des Anges -

Mais je l’aimerai pour toujours mon amour de la poésie
Ce cadeau de la vie :
’’Celui d’aimer un rimeur merveilleux doté d’une force sagesse à toute épreuve’’ -

Pauvre Aramis et ses imprécations ennuyeuses . .

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Aramis le 23 février 2019 à 13h57

Quel mouche (des tropiques bien sûr) vous pique.?
Pour vous détendre je vous envoie ce poème peu connu de Levet-

Henry Jean-Marie Levet

                         Batavia - Marseille
     

L’ex Consul général en poste à Batavia,
Dans sa cabine à bord du « Ville-de-Strasbourg »,
Soigne son paludisme et son fatal amour
A la pipe d’opium et au gin quinquina.

Il n’a pas oublié la claire vérandah
Ni le sarong pistache -au juste mandarine ?-
D’une femme -quand tout embaumait la résine-
Déclamant des pantoums sur un air triste et las.
 
Lointain et assourdi, le râle d’un panka
Masque le rire aigu de Miss Rose Dewaere
Qui danse le fox-trot sur le pont des premières.
 
A Marseille, hôpital de la Conception, là
Où Arthur Rimbaud meurt d’un ostéosarcome,
Diplomatiquement, on attend le vieil homme.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par MadameConnasse le 23 février 2019 à 14h54

Elle esquive
Esquisse
L’écho des mots
Se détendre et s’entendre
C’est tendre . .
Amoureuse d’un tout !

Marre des rimes Sir Aramis !

Et elle se contredit . . allez !

(Vous aimez bien les parenthèses) . .

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Aramis le 23 février 2019 à 17h32

Les bras m’en tombent, votre prose, chère Madame Connasse, est incompréhensible. Pour remonter dans les classements Pisa, il y aura encore du travail .Tout le monde ne peut pas écrire comme Madame du Deffand, je sais, mais quand même, faites un effort...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Malvina le 23 février 2019 à 19h18

J’avoue je vous avoue ..
Quand je pense je chante
Quand j’écris je déchante
J’avoue je vous avoue . .
Je préfère lire

Faites-nous donc partager votre poésie  Sir Aramis

Ainsi donc, las, désœuvrée,
’’la vie me lasse’’
J’abandonne ce pseudo qui n’est guère enchanteur
Certes Aramis,
j’eusse aimé vivre au temps de cette libertine et rétive dame ..
A vrai dire,
Lit-on-encore de belles choses en poésie
Hormis les sonnets de Cochonfucius ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Aramis le 24 février 2019 à 00h37

Chère Malvina, j’ai écrit cette bluette pour vous. Soyez indulgente, je manque de métier, je suis en terminale à Louis-Le-Grand.

La chère nue
Insulte encor
Le nombre d’or,
Sans retenue.

Voile, Faustine,
Ta rose noire
Que l’ombre moire
D’aventurine.

La Parque pose
Pour Praxitèle,
A Bagatelle,
Parmi les roses.

Gaumont-Palace
1913,
J’ai pris deux chaises
Pour Fantômas.
………………..

Hé! Proserpine,
Mets les couverts,
Deux poivre vert
Et des chopines.
…………………

Epitaphe

Il aimait tant
ce qui n’est plus
Qu’il a déplu,
A contretemps

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Esprit de celle le 24 février 2019 à 09h19

Sir Aramis
Éternel Allis
De nulle part
Sacré lascar _

En phase terminale
Ton entre soi annale
Fait force d’utopie
A ma mélancolie__

La temporalité
Dans la continuité
De notre ingénuité
A se courir après__

L’émergence est ici
Non pas dans le précis
D’internet la science
Mais de la prescience-

Épitaphe :  Confusion-

C- Celle de personne_

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Jаdis sur Villаnеsquе (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе