Heredia

(1842-1905)

Les Trophées

(1893)

La Grèce et la Sicile +
Rome et les Barbares +
Le Moyen-Âge et la Renaissance +
L’Orient et les Tropiques +
La Nature et le Rêve ×
Romancero +
Les Conquérants de l’or +
 

Heredia

Les Trophées, 1893


Un Peintre


 

À Emmanuel Lansyer


Il a compris la race antique aux yeux pensifs
Qui foule le sol dur de la terre bretonne,
La lande rase, rose et grise et monotone
Où croulent les manoirs sous le lierre et les ifs.
 
Des hauts talus plantés de hêtres convulsifs,
Il a vu, par les soirs tempétueux d’automne,
Sombrer le soleil rouge en la mer qui moutonne ;
Sa lèvre s’est salée à l’embrun des récifs.
 
Il a peint l’Océan splendide, immense et triste,
Où le nuage laisse un reflet d’améthyste,
L’émeraude écumante et le calme saphir ;
 
Et fixant l’eau, l’air, l’ombre et l’heure insaisissables,
Sur une toile étroite il a fait réfléchir
Le ciel occidental dans le miroir des sables.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 9 mai 2016 à 18h19

Autour de la lune
---------------------

La lune est survolée par deux monstres pensifs
Dont la conversation est en langue bretonne ;
Le contenu en est bien terne et monotone,
Car nos deux compagnons sont des êtres poussifs.

Ils éclatent parfois d’un rire compulsif,
Comme des écoliers retrouvant en automne
Un maître plein d’humour, dont l’esprit les étonne,
Et qu’ils vont savourant son verbe corrosif.

Ils pensent que le ciel est trop immense, et triste ;
Ils le préféreraient revêtu d’améthyste,
Ou bien, à la rigueur, de quelques beaux saphirs.

Volez sans vous lasser, monstres insaisissables ;
Bavardez en breton sous le grand ciel de sable,
Qu’ici ne parcourt point le printanier zéphir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 5 août 2017 à 18h06

Petit lion-chevalier
----------------------

Sur la piste pierreuse, il chemine, pensif,
En se remémorant des légendes bretonnes ;
Le paysage est terne et presque monotone,
À peine y croise-t-on un vieux mulet poussif.

Le chevalier n’a pas de gestes compulsifs,
Il est rempli de paix, comme un arbre en automne,
Prédateur plein d’humour, dont l’esprit nous étonne,
Chevalier bien tranchant, petit lion corrosif.

Il croit que le désert est trop immense, et triste ;
Il le préférerait avec de vertes pistes
Ou bien, à la rigueur, des bases de loisirs.

Marche sans te lasser, héros insaisissable ;
La trace te suivra de tes pieds dans le sable,
Effacée cependant par un traître zéphir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 23 janvier 2019 à 14h18

Ambimatrone
---------

La grande ambimatrone a des regards pensifs,
Surtout quand elle écoute une chanson bretonne
Dont le langage simple et le son monotone
Sont portés dans les airs par un barde poussif.

Tu ne lui verras pas de gestes compulsifs,
La paix règne en son âme, et la brise d’automne ;
Elle vit sans émoi, presque rien ne l’étonne,
Elle qui ne craint pas les discours corrosifs.

La grande ambimatrone est grave, mais pas triste ;
La noirceur en son coeur jamais on ne dépiste
Ou bien, à la rigueur, à titre de de loisir.

J’aime bien rencontrer cet être insaisissable ;
Dans les jours où ma vie coule comme du sable,
Sa présence apaisante est comme un frais zéphir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 janvier 2020 à 11h27

Mur de la friche
----------

J’aime la pierre calme et le lierre pensif
Qui joliment prospère en la douceur bretonne ;
Le corbeau les salue de son cri monotone,
Un auvent sert d’abri pour un vieillard poussif.

Il compose un sonnet, c’est son jeu compulsif,
Lui qui de l’existence a dépassé l’automne ;
Ses proches font avec, et plus ne s’en étonnent,
Ce n’est qu’un passe-temps, le labeur d’un oisif.

Sa carrière est finie, ce dont il n’est pas triste ;
Ça lui donne le temps de suivre d’autres pistes
Et d’être un sybarite, un homme de loisir.

Il n’a jamais tracé de vers impérissables,
Il est souvent conscient d’écrire sur du sable,
Lui qui d’être quelqu’un n’eut jamais le désir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 13 janvier 2020 à 09h12

Révélation

Accoudé au comptoir, le « quinqua » boit, pensif,
Il rêve de partir sur une île bretonne,
Loin de son existence en tous points monotone ;
« Métro, boulot, dodo », il se sent si poussif !

Il tapote le zinc, un geste compulsif,
Réalisant qu’il est, de sa vie, à l’automne,
D’y penser, seulement, cela un peu l’étonne,
Pour prendre du recul, mieux vaut rester oisif.

Soudain, un pèlerin, devant son regard triste,
L’entraîne à emprunté, que lui, la même piste,
Une fois en chemin, ils discutent à loisir.

L’échange le convainc de fuir le périssable,
Qu’un vent nous portera comme des grains de sable,
Que de trouver l’amour, c’est être en son désir.

misquette.wordpress.com

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе