Heredia

(1842-1905)

Les Trophées

(1893)

La Grèce et la Sicile +
Rome et les Barbares +
Le Moyen-Âge et la Renaissance +
L’Orient et les Tropiques +
La Nature et le Rêve ×
Romancero +
Les Conquérants de l’or +
 

Heredia

Les Trophées, 1893


Sur un Marbre brisé


 
La mousse fut pieuse en fermant ses yeux mornes ;
Car, dans ce bois inculte, il chercherait en vain
La Vierge qui versait le lait pur et le vin
Sur la terre au beau nom dont il marqua les bornes.
 
Aujourd’hui le houblon, le lierre et les viornes
Qui s’enroulent autour de ce débris divin,
Ignorant s’il fut Pan, Faune, Hermès ou Silvain,
À son front mutilé tordent leurs vertes cornes.
 
Vois. L’oblique rayon, le caressant encor,
Dans sa face camuse a mis deux orbes d’or ;
La vigne folle y rit comme une lèvre rouge ;
 
Et, prestige mobile, un murmure du vent,
Les feuilles, l’ombre errante et le soleil qui bouge,
De ce marbre en ruine ont fait un Dieu vivant.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 9 décembre 2016 à 17h28

Pavillon de l’ambiprophète
-----------------------------------

L’ambiprophète usé voit tout d’un regard morne ;
Il prêcha cinquante ans, et cela fut  en vain,
Donc, il reste chez lui, buvant d’assez bon vin,
De la sobriété respectant bien les bornes.

Autrefois, son amie, la licorne à bicorne,
Partageait avec lui ce breuvage divin,
Ainsi que des sorciers, des mages, des devins,
Et même l’ange vert aux plumes de tadorne ;

Mais les uns sont partis, et les autres sont morts,
Tombés comme la feuille ; elle accepte son sort
Et se va reposer dessus l’argile rouge.

Mais lui, l’ambiprophète, est resté bien vivant,
Contemplant son jardin que caresse le vent
Sans lequel, en ces lieux, rien, ou presque, ne bouge,

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 25 février 2021 à 13h42

Planète accablante
----------

La nef cosmique accoste une planète morne,
Car pour nous rendre ailleurs nos efforts furent vains ;
Les gens de cet endroit n’ont que du mauvais vin,
Chose qui peut conduire au désespoir sans bornes.

Un roi nous accueillit, soufflant dans une corne,
Pas vraiment élégant (bien que de droit divin) ;
Il fit délibérer sur nous quelques devins
Dont les obscurs propos de rhétorique s’ornent.

Un vieux mage a dit « Roi, ne les mets point à mort,
Ces êtres ne sont pas porteurs d’un mauvais sort. »
Là-dessus, l’échanson nous verse un coup de rouge.

Déjà, ce n’est pas mal de s’en sortir vivants,
Donc nous ne ferons point la grimace en buvant
Sous l’oeil de ce sorcier dont pas un cil ne bouge.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 25 février 2021 à 22h56


’’Mignonne allons voir si la Lune est levée ’’ Malicorne-

La soif de rage quand elle devient sans bornes
Ne nous rend pas meilleurs et je m’enfuis en vain
Vers tes mots mon refuge avec mon verre en main
Du désespoir ce soir pour ce jeu bien trop morne

A vivre du moins tenter d’écouter Malicorne
Et son bien à foison  - J’ai bien le droit divin
Et toute liberté  -  Je vis dans 1 ravin
Avec des clous partout et des espoirs qui s’ornent

De déboires porteurs de trop de mauvais sorts
Je n’ai ni roi ni mage autant me mettre à mort
Non ! Attendons encore encore 1 coup de rouge

Mon galant c’est pas mal qu’il s’en sorte vivant
Toujours je l’aperçois de ses vers en buvant
Encore 1 coup de rouge ? On reste ou bien on bouge . .

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Ada_pseudotropcourt le 26 février 2021 à 23h32

Heureux celui qui va au pays des licornes
Avec une fleur sèche et un verre de vin ;
On pourrait dire, certes, que cela est vain
Mais pas plus inutile qu’un jour plat et morne.

Un garçon jardinier surgit d’un Malicorne
Et un mariage anglais fait parler les chauvins ;
La péronnelle est libre au cromorne divin,
Sa cavale à coup sûr porte une belle corne.

Et si par malchance au canapé vient la mort,
Offrons-lui l’apéro, un verbiage ou encore
Une innocence de petit chaperon rouge.

Ivres, ne sommes-nous pas un peu plus vivants ?
Un peu moins morts ne sommes-nous pas en buvant ?
Attendons le moment où le canapé bouge.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 27 février 2021 à 09h30

Comment détourner un poème de marbre . .
Hérédia doit se fendre (de rire) dans sa demeure glacée . .

Et pour ’’Ada_pseudotropcourt’’ c’est de la triche si on ne sait pas qui tu es . .

Pour suivre la trace de Cochonfucius et nos mots dans ses rimes . . ce serait sympa qu’on sache qui est Ada . .  :-)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 27 février 2021 à 09h43

Probablement

https://heraldiqueblog.wordpress.com/category/recueil-de-ada/

donc ça reste en famile.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Ada_pseudotropcourt le 27 février 2021 à 11h38

(Oulala mon canapé a bien tangué hier soir...)

Oui, c’est bien moi. Mais il faut un pseudo d’au moins 5 lettres pour pouvoir poster ici.

mErCi Curare ! Pour m’avoir subitement inspirée, ce déclic avec Malicorne.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 27 février 2021 à 15h56

Enchantée Ada -

Il faudrait demander à Christian,
Le modérateur patient gardien
de cet antre poésie
où les albatros aux ailes de géant
planent dans l’éternité __

(Malicorne a bien voulu rimer avec la légendaire créature)

Il n’en fallait pas plus pour rouler sous les mots . .

A te suivre donc, amusons-nous . .  :-)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Mo le 28 février 2021 à 23h17

Cette limite a été abaissée à deux caractères... Bienvenue Ada...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Ada le 3 mars 2021 à 23h25

Ça marche bien.
Merci pour l’accueil !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе