Heredia

(1842-1905)

Les Trophées

(1893)

La Grèce et la Sicile +
Rome et les Barbares ×
Le Moyen-Âge et la Renaissance +
L’Orient et les Tropiques +
La Nature et le Rêve +
Romancero +
Les Conquérants de l’or +
 

Heredia

Les Trophées, 1893


Pour le Vaisseau de Virgile


 
Que vos astres plus clairs gardent mieux du danger,
Dioscures brillants, divins frères d’Hélène,
Le poète latin qui veut, au ciel hellène,
Voir les Cyclades d’or de l’azur émerger.
 
Que des souffles de l’air, de tous le plus léger,
Que le doux lapyx, redoublant son haleine,
D’une brise embaumée enfle la voile pleine
Et pousse le navire au rivage étranger.
 
À travers l’Archipel où le dauphin se joue,
Guidez heureusement le chanteur de Mantoue ;
Prêtez-lui, fils du Cygne, un fraternel rayon.
 
La moitié de mon âme est dans la nef fragile
Qui, sur la mer sacrée où chantait Arion,
Vers la terre des Dieux porte le grand Virgile.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 26 janvier 2015 à 14h28

Sagesse du dragon
-----------------------

Du ciel ou de la terre, il ne craint nul danger,
Le dragon polychrome aux allures sereines ;
Cependant, les sept mers abritent des sirènes
Dont il redoute un peu les hymnes étrangers.

Si le son de leurs voix brisait son vol léger,
Il flotterait dans l’onde, ainsi qu’une baleine,
Sans pouvoir regagner le nuage ou la plaine ;
À ce sort effrayant, son coeur n’ose songer.

La sirène, dit-on, de sa crainte se joue ;
Elle compose un chant qui exalte et qui loue
La sage retenue du dragon, pourtant preux.

Son cousin le dauphin, cet interprète agile,
Traduisit la chanson en langue de Virgile.
Le dragon nous a dit : « Pour moi, c’est de l’hébreu ».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 7 juin 2017 à 14h02

Le Seigneur de Tralfamadore
--------------------------------------

Il visite la Terre, ignorant ses dangers,
Nous pouvons contempler sa démarche sereine ;
Il est spécialement admiré des sirènes
Qui jamais n’avaient vu un pareil étranger.

Dans la steppe il avance à petits pas légers,
Il longe un estuaire où chantent les baleines ;
Mais que préfère-t-il, la montagne ou la plaine ?
Il ne veut pas répondre, il n’y a pas songé.

La police voudrait savoir quel rôle il joue ;
Elle fouille en détail l’appartement qu’il loue
Et ne trouve nulle arme, elle fait buisson creux.

Il n’est point conquérant, ce grand seigneur fragile,
Il lit, chaque matin, des livres de de Virgile,
Et dans l’après-midi, un grimoire en hébreu.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 7 juin 2017 à 14h43

Avant-dernier vers :

livres de Virgile

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 12 août 2019 à 19h22

Les Argonautes
---------------------

Lourdement balancés dans leur nacelle obscure,
Ils regardent la proue haletante plonger ;
Ayant, naguère, pour se garder du danger,
Dédié trente-trois drachmes aux Dioscures.

Mais la mer alchimiste aux chemins de mercure
Distille en bougonnant ses bouillons mensongers ;
Leur étrave divise un abîme étranger  :
Nul mortel ne les voit, et nul Dieu n’en a cure.

Dans le fracas des flots que fouaillent les brisants
Et des vents miauleurs, eux seuls vont se taisant,
De leur fragile esquif anxieux équipage ;

Tandis qu’au flanc jaloux de l’Océan jaguar,
Une dure lueur fulgure et se propage
Comme un spasme rageur sur un pelage noir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Snowman le 28 janvier 2020 à 21h43

Au sixième vers de Heredia

« Que le doux Iapyx, redoublant son haleine »

c’est  «i-a-pyx» avec un i majuscule,
pas un L minuscule.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par hiatus le 29 janvier 2020 à 09h54

L’iapix, l’azuly :
Que les mots font joli
Que peu souvent l’on lit...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 avril 2020 à 12h19

Dragon de Milpodvash
----------

De l’étrange planète il connaît les dangers,
Il avance la nuit sous la lune sereine ;
Au fond des océans il drague les sirènes,
Aucun corps féminin ne lui est étranger.

Son âme est satisfaite et son coeur est léger,
Il fréquente l’auberge où les coupes sont pleines ;
Il admire la danse et le chant des baleines,
Les malheurs de ce monde, il n’y veut point songer.

Avec sa tête il pense, avec des mots il joue
Et pour se délasser se vautre dans la boue,
Puis va casser la croûte, ayant un petit creux.

Il  n’a pas assez lu, sa culture est fragile,
Mais il a du plaisir à déchiffrer Virgile ;
Quelques vers, cependant, lui semblent ténébreux.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : Rоsсаnvеl

Lа Μоnnоуе : Lе Βоn Μénаgеr

Sаmаin : Lа Vасhе

Βruаnt : Lеs Lоupiоts

Соrbièrе : Çа ?

Rоllinаt : L’Ιdiоt

Rоllinаt : Lа Βаignеusе : «Αu fоnd d’unе bаignоirе еllе аdmirе sеs hаnсhеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Τоulеt : «Ρuisquе tеs јоurs nе t’оnt lаissé...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τоulеt : «Τаndis qu’à l’аrgilе аu flаnс vеrt...»

Hоudаr dе Lа Μоttе : Lеs Αmis trоp d’ассоrd

Gаlоу : Lа Sоurсе

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Vеrlаinе : «Lа “grаndе villе”. Un tаs сriаrd dе piеrrеs blаnсhеs...»

Vоltаirе : Lе Μоndаin

Jаmmеs : Τu sеrаis nuе sur lа bruуèrе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Dе l’аmоur dеs trоis еnsеmblе (Gоhоrу)

De Сосhоnfuсius sur «Αmi, — m’éсrivаis-tu dе tеs bеаuх dоigts dе fеmmе...» (Évаnturеl)

De Jаdis sur Ιnсеrtitudе (Сhаdоurnе)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе Βаlсоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur L’Οliviеr (Αgоult)

De Сосhоnfuсius sur «À l’hеurе quе Μаdаmе еn hоmmе sе déguisе...» (Gоdаrd)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Τhundеrbird sur Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin (Fоrt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе