Heredia

(1842-1905)

Les Trophées

(1893)

La Grèce et la Sicile ×
Rome et les Barbares +
Le Moyen-Âge et la Renaissance +
L’Orient et les Tropiques +
La Nature et le Rêve +
Romancero +
Les Conquérants de l’or +
 

Heredia

Les Trophées, 1893


Nessus


 
Du temps que je vivais à mes frères pareil
Et comme eux ignorant d’un sort meilleur ou pire,
Les monts Thessaliens étaient mon vague empire
Et leurs torrents glacés lavaient mon poil vermeil.
 
Tel j’ai grandi, beau, libre, heureux, sous le soleil ;
Seule, éparse dans l’air que ma narine aspire,
La chaleureuse odeur des cavales d’Épire
Inquiétait parfois ma course ou mon sommeil.
 
Mais depuis que j’ai vu l’Épouse triomphale
Sourire entre les bras de l’Archer de Stymphale,
Le désir me harcèle et hérisse mes crins ;
 
Car un Dieu, maudit soit le nom dont il se nomme !
A mêlé dans le sang enfiévré de mes reins
Au rut de l’étalon l’amour qui dompte l’homme.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 21 mai 2015 à 13h18

Quadrupède irradiant
----------------------

Un petit mammifère, à nul autre pareil,
Vit près de l’Océan du Meilleur et du Pire ;
C’est ce qu’ont raconté des marins de l’Empire
En buvant de longs traits d’un breuvage vermeil.

Cet animal, captant l’énergie du soleil,
Se met à rayonner, comme fait un lampyre,
Et même aussi, la nuit, quand la lune l’inspire,
Il peut illuminer des arbres le sommeil.

Une onde se propage ainsi qu’une rafale,
Balayant les entours de son corps bicéphale ;
Chacun de ses voisins le respecte et le craint.

On le dit cependant inoffensif pour l’homme,
Débordant de tendresse aussitôt qu’on le nomme ;
Or, dans ces instants-là, son éclat se restreint.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 17 mai 2017 à 12h58

Ambiporc d’azur
------------------

Le grand Buffon, jamais, ne décrit son pareil ;
Capable du meilleur et capable du pire,
L’ambiporc se prélasse aux confins de l’Empire
En lisant des extraits du Livre de Vermeil.

Cet animal bleuit sous l’effet du soleil ;
Lorsque la nuit est noire, il mange des lampyres,
Et compose un sonnet quand la lune l’inspire,
Il chante des chansons quand il n’a pas sommeil.

Il ne craint pas le vent qui survient en rafales :
Sans le moindre manteau sur son corps bicéphale,
Il affronte, joyeux, la brise et les embruns.

Mais c’est un porc ermite, il se tient loin des hommes,
Car il se dissimule aussitôt qu’on le nomme ;
Ce que je dis de lui vient d’un savoir restreint.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Li-tаï-pé

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «À quоi bоn tе сhеrсhеr, glоirе, viеillе étiquеttе !...»

Βirаguе : «Grоttеs, Саvеrnеs, Ρrés, Τеrtrеs, Fоrêts, Rivаgеs...»

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Stèlе аu désir (Sеgаlеn)

De Jаdis sur Lа Сigаlе (Βеllеаu)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sur lеs Vеnts (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Jаdis sur Épitаphе dе mаdеmоisеllе dе Соntу, Μаriе dе Βоurbоn (Μаlhеrbе)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе