Heredia

(1842-1905)

Les Trophées

(1893)

La Grèce et la Sicile +
Rome et les Barbares +
Le Moyen-Âge et la Renaissance ×
L’Orient et les Tropiques +
La Nature et le Rêve +
Romancero +
Les Conquérants de l’or +
 

Heredia

Les Trophées, 1893


Au Même


 
Qu’ils aient vaincu l’Inca, l’Aztèque, les Hiaquis,
Les Andes, la forêt, les pampas ou le fleuve,
Les autres n’ont laissé pour vestige et pour preuve
Qu’un nom, un titre vain de comte ou de marquis.
 
Toi, tu fondas, orgueil du sang dont je naquis,
Dans la mer caraïbe une Carthage neuve,
Et du Magdalena jusqu’au Darien qu’abreuve
L’Atrato, le sol rouge à la croix fut conquis.
 
Assise sur son île où l’Océan déferle,
Malgré les siècles, l’homme et la foudre et les vents,
Ta cité dresse au ciel ses forts et ses couvents ;
 
Aussi tes derniers fils, sans trèfle, ache ni perle,
Timbrent-ils leur écu d’un palmier ombrageant
De son panache d’or une Ville d’argent.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 29 avril 2013 à 10h48


Tant de jours ont passé depuis que je naquis ;
Tant de flots ont coulé sous les ponts des grands fleuves,
Tant de jours, tant de nuits, tant de joies, tant d’épreuves
Que je ne sais plus bien ce qui demeure acquis

Et ce qui est perdu. Le peu que j’ai conquis
Ne mérita jamais que nul ne s’en émeuve,
Des riens, un vers traduit ou une chanson neuve...
Mais peut-être viendront d’autres instants exquis :

L’instant où la pensée plus calmement déferle,
L’instant qui est rempli du murmure du vent,
Plus doux que la rumeur d’un antique couvent ;

L’instant où, dans les bois, on voit courir un merle,
Et le déclin du jour où tout va s’ombrageant,
Et la nuit, simplement, sous la lune d’argent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 29 avril 2013 à 14h36

Mon voisin le Petit Marquis
Mène sa femme à rude épreuve.
C’est navrant que nul ne s’émeuve
De voir sa peau toute kaki.

Ma voisine l’ancienne harki
Eut son mari jeté au fleuve
Jadis. Ces gens font ce qu’ils peuvent...
La vie profite à Dieu sait qui,

Cependant que sur moi déferle
La pluie agacée par les vents.
Je vais m’inscrire en un couvent,

Je crois, y écouter les merles
Et les merlettes s’ombrageant
La nuit sous des pruniers d’argent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 25 janvier 2019 à 13h48

Zef et Antizef
-----------

C’est d’Éole que Zef aux jours d’antan naquit,
Ce fut auprès d’un pont qui franchit un grand fleuve ;
Ce petit dieu soufflant passa par des épreuves
Et son peu de savoir fut rudement acquis.

Antizef, quant à lui, est fils d’on ne sait qui,
Peut-être de Chronos et d’une sombre veuve.
Il fut presque charmant quand son âme était neuve,
Transportant des chansons et quelques mots exquis.

Ils se sont rencontrés, leurs deux fureurs déferlent,
C’est le combat des airs, c’est la guerre des vents,
C’est un affrontement qu’on ne voit pas souvent.

L’arène est une plaine et l’arbitre est un merle,
De nuages obscurs ils se vont ombrageant,
Poussant d’horribles cris pour effrayer les gens.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 octobre 2020 à 14h52

Tours de la Trinité
----------

Dans le première tour, un Créateur naquit,
Il nous fit un jardin qu’arrosent quatre fleuves ;
Il créa le Serpent pour nous mettre à l’épreuve,
Mais pour ça nous n’avions pas le niveau requis.

Dans la deuxième tour naquit le dieu Loki,
Qui fut fils d’un archange et d’une jolie veuve.;
Il aimait plaisanter, car son âme était neuve,
Aux autres, son humour ne semblait pas exquis.

Dans la troisième tour naquit l’enfant d’un merle,
Il fut neveu de l’onde et petit-fils du vent ;
À sa soeur la colombe il a parlé souvent.

Grâce à ces trois lascars, un grand bonheur déferle
Sur notre vaste plaine aux nuages d’argent ;
Enfin, bon, c’est du moins ce que disent les gens.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 octobre 2020 à 15h02

Tours de la Trinité ’retouche)
----------

Dans la première tour, un Créateur naquit,
Il nous fit un jardin qu’arrosent quatre fleuves ;
Il créa le Serpent pour nous mettre à l’épreuve,
Mais pour ça nous n’avions pas le niveau requis.

Dans la deuxième tour naquit le dieu Loki,
Qui fut fils d’un archange et d’une jolie veuve.;
Il aimait plaisanter, car son âme était neuve,
Aux autres, son humour ne semblait pas exquis.

Dans la troisième tour naquit l’enfant d’un merle,
Il fut neveu de l’onde et petit-fils du vent ;
À sa soeur la colombe il a parlé souvent.

Grâce à ces trois lascars, un grand bonheur déferle
Sur notre vaste plaine aux nuages d’argent ;
Enfin, bon, c’est du moins ce que disent les gens.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : Rоsсаnvеl

Lа Μоnnоуе : Lе Βоn Μénаgеr

Sаmаin : Lа Vасhе

Βruаnt : Lеs Lоupiоts

Соrbièrе : Çа ?

Rоllinаt : L’Ιdiоt

Rоllinаt : Lа Βаignеusе : «Αu fоnd d’unе bаignоirе еllе аdmirе sеs hаnсhеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Τоulеt : «Ρuisquе tеs јоurs nе t’оnt lаissé...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τоulеt : «Τаndis qu’à l’аrgilе аu flаnс vеrt...»

Hоudаr dе Lа Μоttе : Lеs Αmis trоp d’ассоrd

Gаlоу : Lа Sоurсе

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Vеrlаinе : «Lа “grаndе villе”. Un tаs сriаrd dе piеrrеs blаnсhеs...»

Vоltаirе : Lе Μоndаin

Jаmmеs : Τu sеrаis nuе sur lа bruуèrе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Dе l’аmоur dеs trоis еnsеmblе (Gоhоrу)

De Сосhоnfuсius sur «Αmi, — m’éсrivаis-tu dе tеs bеаuх dоigts dе fеmmе...» (Évаnturеl)

De Jаdis sur Ιnсеrtitudе (Сhаdоurnе)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе Βаlсоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur L’Οliviеr (Αgоult)

De Сосhоnfuсius sur «À l’hеurе quе Μаdаmе еn hоmmе sе déguisе...» (Gоdаrd)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Τhundеrbird sur Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin (Fоrt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе