Heredia

(1842-1905)

Les Trophées

(1893)

La Grèce et la Sicile ×
Rome et les Barbares +
Le Moyen-Âge et la Renaissance +
L’Orient et les Tropiques +
La Nature et le Rêve +
Romancero +
Les Conquérants de l’or +
 

Heredia

Les Trophées, 1893


Ariane


 
Au choc clair et vibrant des cymbales d’airain,
Nue, allongée au dos d’un grand tigre, la Reine
Regarde, avec l’Orgie immense qu’il entraîne,
Iacchos s’avancer sur le sable marin.
 
Et le monstre royal, ployant son large rein,
Sous le poids adoré foule la blonde arène,
Et, frôlé par la main d’où pend l’errante rêne,
En rugissant d’amour mord les fleurs de son frein.
 
Laissant sa chevelure à son flanc qui se cambre
Parmi les noirs raisins rouler ses grappes d’ambre,
L’Épouse n’entend pas le sourd rugissement ;
 
Et sa bouche éperdue, ivre enfin d’ambroisie,
Oubliant ses longs cris vers l’infidèle amant,
Rit au baiser prochain du Dompteur de l’Asie.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 23 février 2014 à 10h52

Piaf-Tonnerre au labyrinthe
-------------------------------------

Piaf-Tonnerre a franchi le grand portail d’airain,
Déroulant le long fil que lui donna la reine.
Tout au long des couloirs une quête l’entraîne,
Curieux qu’il est de voir le grand monstre taurin.

Le Minotaure a vu ce curieux pèlerin
Lentement s’approcher de la sanglante arène,
Ne portant ni l’épée ni la lance de frêne ;
Il lui a demandé « Que me veux-tu, serin ? »

Piaf-Tonnerre, observant le monstre qui se cambre,
Se dit qu’il aurait dû, plutôt, garder la chambre ;
Il ne peut que frémir à ce mugissement.

Il cherche une réponse, il la veut bien choisie,
Et dit, se reprenant de son saisissement :
« Monseigneur, ma visite était de courtoisie. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 15 janvier 2018 à 12h13

Consécration de Monseigneur Paon-Périgouste
---------------------------------------

Il bénit les passants de sa crosse d’airain ;
Une crosse qui fut offerte par la reine !
Au long des boulevards une quête l’entraîne
Vers la clôture où sont les tombeaux des marins.

Le peuple chrétien suit l’évêque pèlerin,
Ensemble traversant le jardin des arènes ;
Ensemble accompagnant celui qui les parraine,
Dont le visage est grave et le coeur est serein.

Les tombeaux des marins, au soleil de novembre,
À peine ont réchauffé leur marbre aux reflets d’ambre ;
Le vénérable paon leur parle doucement.

Il cherche une parole, il la veut bien choisie,
Mais sans montrer non plus trop d’attendrissement :
Car Notre Soeur la Mort fait fi des courtoisies.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 28 septembre 2018 à 12h19

Héros narcissique
-------------

Le héros se contemple en un miroir d’airain ;
Un miroir où jadis se regarda la reine !
Au fil de l’aventure où son combat l’entraîne,
Il frôle des dangers terrestres et marins.

Il est rempli de foi, ce prince pèlerin,
Les Romains l’ont en vain jeté dans une arène,
Il entendit sans peur le chant de la sirène,
Car il est sans faiblesse, il est pur et serein.

Il peut bien affronter les brumes de novembre,
Effrayer le dragon pour lui prendre son ambre,
Séduire une servante en parlant doucement.

Sachez que sa parole est toujours bien choisie
Et qu’il a mérité votre attendrissement,
Un peu trop fier de lui, mais plein de courtoisie.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par L’amor le 28 septembre 2018 à 21h42

Il est à chier ton poème !
Explications ?

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Jаdis sur «Μаdаmе је vоus dоnnе...» (Βеnsеrаdе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn riсhеmеnt јаunissаnt...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Τаnt d’Αstrеs сlаirs nе dаnsеnt pаr lа nuit...» (Gаrniеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin du Sоlitаirе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Sоnnеt d’Αrt Vеrt (Gоudеzki)

De Сосhоnfuсius sur «Τоut pаssе pаr lеurs mаins...» (Grévin)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur «Νi lа furеur dе lа flаmmе еnrаgéе...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе