Baudelaire

Nouvelles Fleurs du Mal, 1866


Le Gouffre


 
Pascal avait son gouffre, avec lui se mouvant.
— Hélas ! tout est abîme, — action, désir, rêve,
Parole ! et sur mon poil qui tout droit se relève
Maintes fois de la Peur je sens passer le vent.
 
En haut, en bas, partout, la profondeur, la grève,
Le silence, l’espace affreux et captivant...
Sur le fond de mes nuits Dieu de son doigt savant
Dessine un cauchemar multiforme et sans trêve.
 
J’ai peur du sommeil comme on a peur d’un grand trou,
Tout plein de vague horreur, menant on ne sait où ;
Je ne vois qu’infini par toutes les fenêtres,
 
Et mon esprit, toujours du vertige hanté,
Jalouse du néant l’insensibilité.
— Ah ! ne jamais sortir des Nombres et des Êtres !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 21 mai 2014 à 11h00

Cosmologie approximative
----------------------------------

Il est, cet univers, chaotique et mouvant ;
Pas sûr que nous puissions y partager un rêve,
Ni aux mortes amours trouver une relève,
Ni sur l’eau naviguer, poussés d’un même vent.

Des amants ont marché, jadis, le long des grèves.
Les vagues ont dansé leur ballet captivant,
Puis un oiseau magique, inconnu des savants,
A charmé leurs deux coeurs par une chanson brève.

Pour cet étrange instant, ce jour est advenu !
Aucun de ces deux-là ne s’en est souvenu,
Même en songeant le soir, auprès d’une fenêtre.

D’une extase n’est plus leur quotidien hanté ;
Leur monde est sans surprise et sans étrangeté,
Ils en suivent la loi, c’est fort simple, à la lettre.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 11 mai 2017 à 16h58

En Garonne est un canard blanc
---------------------------------------

En Garonne on le voit souvent,
Un canard qui nage et qui rêve,
Il va se cacher quand se lève
Sur le rivage, un brin de vent.

Le canard marchant sur les grèves
Songe à des récits captivants ;
Un monde inconnu des savants
Lui dicte des histoires brèves.

Un jour, puis l’autre, est advenu :
Il ne s’est de rien souvenu,
Cet oiseau, négligent, peut-être.

Palmipède en décor hanté,
Pour toi, c’est peu de nouveauté,
Ce fleuve a baigné tes ancêtres.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 février 2018 à 12h36

Fil d’Ariane
---------

La labyrinthe est noir et blanc ;
Piaf-Tonnerre y circule en rêve.
N’y pensant plus quand il se lève,
Il ne m’en parle pas souvent.

Un ondin marchant sur la grève
Rencontre un dessin captivant ;
Pour le lire, il faut un savant,
Un ermite à la barbe brève.

Le rêveur, d’être parvenu
À son but, s’est-il souvenu ?
En un autre songe, peut-être.

Sortir de cet endroit hanté,
Pour lui, c’est peu de nouveauté,
Déjà le firent ses ancêtres.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 février 2018 à 12h56

-------

« Le labyrinthe est noir et blanc  »

(premier vers)

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Hеurеuх, lоin dе Ρаris, d’еrrеr еn се dоuх liеu...» (Sаintе-Βеuvе)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur «Lе Βаbуlоniеn sеs hаuts murs vаntеrа...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Rеtrаitе (Sаmаin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе