Verhaeren

Les Forces tumultueuses, 1902


Un matin


 
Dès le matin, par mes grand-routes coutumières
        Qui traversent champs et vergers,
        Je suis parti clair et léger,
Le corps enveloppé de vent et de lumière.
 
Je vais, je ne sais où. Je vais, je suis heureux ;
        C’est fête et joie en ma poitrine ;
        Que m’importent droits et doctrines,
Le caillou sonne et luit, sous mes talons poudreux ;
 
Je marche avec l’orgueil d’aimer l’air et la terre,
        D’être immense et d’être fou
        Et de mêler le monde et tout
À cet enivrement de vie élémentaire.
 
Ô les pas voyageurs et clairs des anciens dieux !
        Je m’enfouis dans l’herbe sombre
        Où les chênes versent leurs ombres
Et je baise les fleurs sur leurs bouches de feu.
 
Les bras fluides et doux des rivières m’accueillent ;
        Je me repose et je repars,
        Avec mon guide : le hasard,
Par des sentiers sous bois dont je mâche les feuilles.
 
Il me semble jusqu’à ce jour n’avoir vécu
        Que pour mourir et non pour vivre :
        Oh quels tombeaux creusent les livres
Et que de fronts armés y descendent vaincus !
 
Dites, est-il vrai qu’hier il existât des choses,
        Et que des yeux quotidiens
        Aient regardé, avant les miens,
Se pavoiser les fruits et s’exalter les roses.
 
Pour la première fois, je vois les vents vermeils
        Briller dans la mer des branchages,
        Mon âme humaine n’a point d’âge ;
Tout est jeune, tout est nouveau, sous le soleil.
 
J’aime mes yeux, mes bras, mes mains, ma chair, mon torse
        Et mes cheveux amples et blonds,
        Et je voudrais, par mes poumons,
Boire l’espace entier pour en gonfler ma force.
 
Oh ces marches à travers bois, plaines, fossés,
        Où l’être chante et pleure et crie
        Et se dépense avec furie
Et s’enivre de soi ainsi qu’un insensé !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 4 juin 2013 à 10h27


L’univers, régi par l’équation coutumière
Dont il ne sait point diverger,
Jongle avec ses photons légers
Qui forment pour nos yeux l’impalpable lumière.

Les poissons dans le flot des torrents sont heureux,
Les oiseaux gonflent leur poitrine ;
L’érudit trace sa doctrine,
Assis à son bureau dans son grenier poudreux.

La forêt s’illumine à des éclats d’un feu
Qui est le sceau des anciens dieux ;
Sur le paysage, il s’imprime.

Le poète est joyeux, il écrit comme un fou
Sur la nature et puis sur tout
Ce qui lui inspire des rimes.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Αu bоrd dе l’еаu

Rоllinаt : À unе mуstériеusе

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Соrnе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Un ivоirе vivаnt, unе nеigе аniméе...» (Dеspоrtеs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lаit dе sеrpеnt (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе