Jean de Sponde



Mais si mon faible corps, qui comme l’eau s’écoule,
(Et s’affermit encor plus longtemps qu’un plus fort)
S’avance à tous moments vers le seuil de la mort,
Et que mal dessus mal dans le tombeau me roule,
 
Pourquoi tiendrai-je roide à ce vent qui saboule
Le Sablon de mes jours d’un invincible effort ?
Faut-il pas réveiller cette Âme qui s’endort,
De peur qu’avec le corps la Tempête la foule ?
 
Laisse dormir ce corps, mon Âme, et quant à toi
Veille, veille, et te tiens alerte à tout effroi,
Garde que ce Larron ne te trouve endormie :
 
Le point de sa venue est pour nous incertain,
Mais, mon Âme, il suffit que cet Auteur de Vie
Nous cache bien son temps, mais non pas son dessein.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 13 mai 2017 à 14h27

Licorne rose invisible
--------------------

Au parc de la licorne un long siècle s’écoule ;
Indolente, elle veille, et paisible, elle dort,
Sa vie n’est guère plus que ne serait la mort,
Le même jour toujours survient et se déroule.

Cet animal obscur se maintient, loin des foules,
Savourant les plaisirs qu’on obtient sans effort,
Laissant par le vitrail entrer le vent du Nord
Et dans le grand salon s’égarer quelques poules.

Licorne sans passion, qui suit une humble loi :
Veiller sans inquiétude et vivre sans effroi,
Et ne rien agiter dans cette âme endormie.

Il règne sur le parc un apaisant brouillard
Qui porte la fraîcheur aux plantes, ses amies,
Et leur narre un récit du Maître Chevillard.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 26 avril 2021 à 14h52


On y songe souvent, tandis que l’eau s’écoule,
Marcher des deux côtés à la fois, c’est du sport ;
(Par ailleurs, le héron – qui n’est pas un condor –
S’il levait les deux pieds, se casserait la... goule.)

Ce Naurouze m’a fait presque perdre la boule
Car Nowrouz, en persan, c’est du printemps l’essor :
C’est le 21 mars, ou le 22 encor,
A Yazd, à Téhéran, et peut-être à Kaboule. (1)

On évoque, il est vrai, ces lieux avec émoi,
Que le banquier Riquet parcourut autrefois
Quand son char le traînait dans la plaine endormie. (2)

– Mais quousque tandem ce petit plaisantin
Va-t-il abutere et me pourrir la vie ?
– Je ne me gausse point, j’entonne le buccin.


(1) Licence poétique.
(2) Ce vers recèlerait-il encore quelque vanne calamiteuse ? Méfiance.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 6 novembre 2022 à 11h12

Héron bipède invisible
---------

Cet être est fugitif, ainsi que l’eau qui coule,
Jamais il ne fait voir la forme de son corps ;
On dit qu’il est cousin du Valet de la Mort
Et qu’il a pour amis les zombies et les goules.

Dans l’obscur inframonde il prend un bain de foule
Et boit un coup avec le démon Belphégor ;
Il mange des merguez et des côtes de porc,
La serveuse lui chante une chanson tamoule.

Dès sa petite enfance, il fut un hors-la-loi,
Aux anges du Seigneur il inspirait l’effroi ;
De toute bonne action fut son âme ennemie.

Il terrorise aussi les prophètes braillards,
Leur faisant réciter des poèmes paillards ;
Ils protestent en vain contre cette infamie.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 6 novembre 2022 à 11h39

Nouveau titre :

Élan bipède invisible
--------------------------

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz