Anna de Noailles



Ne souffre pas ; tu vois, je suis pourtant moi-même,
        Malgré les multiples aspects.
Tu cherchais le repos ? Peut-être que tu m’aimes
        Pour cette absence de ta paix !
 
Concevais-tu vraiment que le bonheur existe ?
        Que l’on donne un ordre au destin ?
N’avais-tu donc jamais, d’un œil lucide et triste,
        Vu le lent retour des matins ?
 
Dans l’immense ouragan où combattent les choses,
        Poursuivais-tu d’autres loisirs
Que ces instants secrets où le désir compose
        Un baume d’âme et de plaisir ?
 
— L’amour n’est pas un don qui rend plaisante et stable,
        La vie aux sursauts coutumiers ;
Il fait mieux mesurer l’immensité des sables,
        Le puits distant sous les palmiers !
 
Les travaux des humains, comme ceux des abeilles,
        Vaquent aux soins de la cité,
Mais tout l’effort profond ne rêve et ne conseille
        Que l’apaisante volupté ;
 
C’est elle la chétive et complète patrie
        Dont l’être est sans cesse exilé ;
Acceptons que le sort protège et contrarie
        Un vœu toujours renouvelé !
 
Acceptons que demain, comme aujourd’hui, demeure
        Un jour d’espoir et de chagrin ;
Il est beau de goûter le plaisir souverain
        Dans l’étroit calice d’une heure !
 
Je refuse de croire à des jours aplanis
        Où pour nous deux l’injuste chance
Arrêterait soudain, dans le temps infini,
        L’oscillement de ses balances.
 
Certes j’eusse voulu charger d’un gai bonheur
        Ma méditative caresse,
Mais peut-être ai-je mieux apparenté nos cœurs
        Si je t’ai donné la tristesse...
 

Poème de l’amour, 1924

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αssоuсу : «Ρоurquоi dоnс, Sехе аu tеint dе rоsе...»

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Βоurgеt : Lа Rоmаnсе d’Αriеl

Rоussеаu : Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе

Αpоllinаirе : Lе Drоmаdаirе

Соignаrd : «Οbsсurе nuit, lаissе tоn nоir mаntеаu...»

Lаfоrguе : Βоufféе dе printеmps

Τоulеt : «Si vivrе еst un dеvоir...»

Ρéguу : Ρrésеntаtiоn dе lа Βеаuсе à Νоtrе-Dаmе dе Сhаrtrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : L’Αubеrgе

Vеrlаinе : À Hоrаtiо

Соrnеillе : Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...»

Fоurеst : Sаrdinеs à l’huilе

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Τаblе dе Sаgеssе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vоl nосturnе (Sаint-Αmаnt)

De Ιоhаnnеs sur Ρrièrе dе соnfidеnсе (Ρéguу)

De Сurаrе- sur Lеs Fеuillеs mоrtеs (Gоurmоnt)

De Lilith sur Vеrlаinе

De Μоntеrrоsо sur Lа Μоuсhе (Αpоllinаirе)

De Jаdis sur Саrоlо Quintо impеrаntе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Gеf sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе