Anna de Noailles


Aux soldats de 1917


 
Les vers que l’on écrit en songeant aux batailles
        Tremblent de se sentir hardis.
Que peut le faible chant dont mon âme tressaille,
        Puisque les soldats ont tout dit ?
 
Puisqu’ils ont ajouté, ces dompteurs infaillibles
        Du danger, de l’ennui, du temps,
À leurs actes brûlants, à leur âme visible,
        Des cris stoïques ou contents !
 
Puisqu’ils ont simplement, et comme l’on respire,
        Connu le sublime et l’affreux,
Quelle voix au lointain oserait les traduire ?
        L’on n’est rien si l’on n’est pas eux.
 
Puissent-ils, ces ardents remueurs de la terre,
        Que leur cœur devrait étonner,
Entendre fièrement, quand nous parlons, se taire
        Notre grand amour prosterné !
 
— Ô soldats patients, sérieux, sans emphase,
        Qui contemplez votre labeur,
Concevez que la vaine activité des phrases
        Nous confonde et nous fasse peur !
 
Concevez que, vraiment timide, on considère
        Vos beaux visages rembrunis,
Où la pluie a frappé, où le soleil adhère,
        Où s’est répandu l’infini !
 
Concevez, qu’ébloui, on se dise : « Ces hommes
        Sont l’espace et sont les saisons ;
Et, pourtant, ils étaient jadis comme nous sommes
        Leur désir, leurs vœux, leur raison
 
« Inclinaient vers la claire et spacieuse vie,
        Vers l’amour, la paix, le bonheur ;
Mais l’offense est venue, ils n’ont plus eu envie
        Que d’être têtus et vainqueurs !
 
« Les voilà dans le sol, debout, et côte à côte
        Plantés comme des peupliers ;
La terre indifférente a senti par ses hôtes
        Un rêve immense s’éveiller,
 
« Ils sont là, longuement, sous le climat terrible
        Qu’est devenu le noble éther ;
Le feu, l’acier mortel, les hululements criblent
        L’antique silence de l’air.
 
« La Nature ignorante ajoute à ce vacarme
        Sa pluie ou ses cuisants soleils ;
Ils sont là, sans répit, sans refus, sous leurs armes,
        Et depuis trois ans si pareils
 
« Que l’on pourrait penser qu’une forêt vivante,
        Bleuâtre, animée et sans fin,
A surgi des sillons, et que le sol se vante
        D’avoir pour sève un sang divin !
 
« Ils ont vingt ans. C’est l’âge ébloui et sublime
        Où l’être dans l’azur est pris.
Ces corps adolescents ignorent nos abîmes :
        Ils font la guerre avec l’esprit !
 
« Hélas ! Ils font la guerre inique avec leurs ailes,
        Ces anges aux yeux sérieux !
Quand leur àme voit tout s’ébranler autour d’elle,
        Ils ont la sûreté des cieux !
 
« Mais nous ne savons pas, nul ne saura, leur mère
        Elle-même ne saura point
Parfois quelle tristesse, hélas ! quelle eau amère
        Vient noyer leur cœur ferme et joint.
 
« Jamais nous ne saurons ce que vraiment ils pensent,
        Tout seuls, chacun seul avec soi,
Quand ils goûtent, chacun tout seul, dans le silence.
        Ce qui peine et ce qui déçoit ! »
 
— C’est à votre secret, que vos cœurs nous refusent,
        À ces grands cris que vous taisez,
Que j’adresse aujourd’hui, maladroite et confuse.
        Cet humble hommage malaisé.
 
Laissez que le poète, empli de sa faiblesse.
        Et qui n’est rien, n’étant pas vous,
Vous dise : Je m’unis à tout ce qui vous blesse,
        Je fais le guet à vos genoux.
 
Mains jointes, je m’unis à ces douleurs passives
        Que jamais vous ne laissez voir ;
Je veille à vos côtés au Jardin des olives,
        Je goûte à votre fiel, ce soir.
 
Je ne peux pas mêler ma voix à votre gloire,
        À vos divins renoncements :
Hommes éblouissants qui montez dans l’Histoire,
        Je vous contemple seulement !...
 

4 août 1917.

Les Forces éternelles, 1920

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Gаutiеr : Quеstiоns

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Rоllinаt : Lа Сhèvrе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Dеvаulх, lа mеr rеçоit tоus lеs flеuvеs du mоndе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Μillе bаisеrs pеrdus, millе еt millе fаvеurs...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе du vоуаgеur (Drеlinсоurt)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе