Louise Labé



Quand j’aperçois ton blond chef couronné
D’un laurier vert, faire un Luth si bien plaindre,
Que tu pourrais à te suivre contraindre
Arbres & rocs : quand je te vois orné,
 
Et de vertus dix mille environné,
Au chef d’honneur plus haut que nul atteindre,
Et des plus hauts les louanges éteindre :
Lors dit mon cœur en soi passionné :
 
Tant de vertus qui te font être aimé,
Qui de chacun te font être estimé,
Ne te pourraient aussi bien faire aimer ?
 
Et ajoutant à ta vertu louable
Ce nom encor de m’être pitoyable,
De mon amour doucement t’enflammer ?
 



Commentaire (s)
Déposé par pich24 le 10 avril 2016 à 05h26

Si le sort du classique est d’être couronné
Ne comptez pas sur moi pour au grand jour m’en plaindre ;
Quelques-uns voient sa loi sottement les contraindre
Mais sans risque, en laurier aucun front n’est orné.

Par cet Art du passé, je fus environné,
Pas assez cependant pour espérer l’atteindre,
Mais pour le faire vivre et pour ne pas l’éteindre
Chaque jour je lui couds un vers passionné.

Un vers qui peut ouvrir la bouche au bien-aimé
Qui veut par sa bergère être mieux estimé,
Ou celle d’un oiseau qui nous chante d’aimer.

J’espère qu’on verra que cet effort louable
–Même si pour certains il parait pitoyable –
S’adresse à des cœurs purs qui savent s’enflammer.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 25 mai 2022 à 10h07


Lorsque je vois mon chef téléphoner
À sa maîtresse, et soupirer, et geindre
Que sans attendre il voudrait la rejoindre
N’hésitant pas à la bien flagorner ;

Et, se jugeant toujours insoupçonné,
Impudemment et longuement enfreindre
Le règlement, ses lois, et non des moindres,
Sans mesurer ce qui lui pend au nez,

J’escompte bien qu’il se verra blâmer,
Voire punir, et ne peux réprimer
Par devers moi, un sourire charmé ;

Et je sens que surviendra, délectable,
En dénonçant ce galant pitoyable,
L’augmentation que j’allais réclamer.

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Ô si сhèrе dе lоin еt prосhе еt blаnсhе, si...»

Сеndrаrs : Éсrirе

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : Dе l’аmоur du Sièсlе Αntiquе

Соrbièrе : Un riсhе еn Βrеtаgnе

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : Sоnnеur

Lаttаignаnt : Βillеt à Μоnsiеur J***

Сrоs : Сrоquis

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Αdmirаnt tа blаnсhеur, bеаuté, mајеsté, glоirе...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе