La Fontaine

Fables choisies mises en vers [Livres I-VI], 1668


La Mouche et la Fourmi


 
La Mouche et la Fourmi contestaient de leur prix.
            Ô Jupiter! dit la première,
Faut-il que l’amour propre aveugle les esprits
            D’une si terrible manière,
            Qu’un vil et rampant animal
À la fille de l’air ose se dire égal !
Je hante les palais, je m’assieds à ta table :
Si l’on t’immole un bœuf, j’en goûte devant toi :
Pendant que celle-ci, chétive et misérable,
Vit trois jours d’un fétu qu’elle a traîné chez soi.
            Mais, ma mignonne, dites-moi,
Vous campez-vous jamais sur la tête d’un Roi
            D’un Empereur, ou d’une Belle ?
Je le fais ; et je baise un beau sein quand je veux ;
            Je me joue entre des cheveux ;
Je rehausse d’un teint la blancheur naturelle ;
Et la dernière main que met à sa beauté
            Une femme allant en conquête,
C’est un ajustement des Mouches emprunté.
            Puis allez-moi rompre la tête
            De vos greniers. Avez-vous dit ?
            Lui répliqua la ménagère.
Vous hantez les palais ; mais on vous y maudit.
            Et quant à goûter la première
            De ce qu’on sert devant les Dieux,
            Croyez-vous qu’il en vaille mieux ?
Si vous entrez partout, aussi font les profanes.
Sur la tête des Rois et sur celle des Ânes
Vous allez vous planter ; je n’en disconviens pas ;
            Et je sais que d’un prompt trépas
Cette importunité bien souvent est punie.
Certain ajustement, dites-vous, rend jolie.
J’en conviens : il est noir ainsi que vous et moi.
Je veux qu’il ait nom Mouche : est-ce un sujet pourquoi
            Vous fassiez sonner vos mérites ?
Nomme-t-on pas aussi Mouches les parasites ?
Cessez donc de tenir un langage si vain :
            N’ayez plus ces hautes pensées.
            Les Mouches de cour sont chassées ;
Les Mouchards sont pendus ; et vous mourrez de faim,
            De froid, de langueur, de misère,
Quand Phébus régnera sur un autre hémisphère.
Alors je jouirai du fruit de mes travaux.
            Je n’irai, par monts ni par vaux,
            M’exposer au vent, à la pluie ;
            Je vivrai sans mélancolie.
Le soin que j’aurai pris de soin m’exemptera.
            Je vous enseignerai par là
Ce que c’est qu’une fausse ou véritable gloire.
Adieu, je perds le temps : laissez-moi travailler.
            Ni mon grenier, ni mon armoire
            Ne se remplit à babiller.
 

Commentaire (s)
Déposé par Alexandre Guinle le 1er septembre 2016 à 17h14

Le Fils de la Sarigue et la Caméléone     (1924)
----------------------------------------------

Un jour, le fils de la Sarigue
Qui revenait de l’Odéon,
Se sentant recru de fatigue,
Entra dans le logis d’un vieux Caméléon.
« Oh ! Oh ! dit la Caméléone,
Nous ne recevons plus personne,
Le temps de l’auberge est passé ».
« C’est que je me sens harassé,
Gémit le fils de la Sarigue.
Tout le ciel contre moi se ligue.
De grâce, ne refusez pas
Au pauvre hère qui la brigue
Une place à votre repas :
Quelques bananes, une figue
Suffiront à me contenter.
Voyez le trouble qui m’agite :
Je meurs si chez vous, au plus vite,
Je n’ai bon gîte
Et bon souper.
Exaucez donc ce voeu modeste,
Chère dame, car pour le reste...»
À ces mots, l’animal pervers
Joignit à la parole un geste
Qui brave la pudeur du vers...
« Je n’attends point qu’on me le donne ».
Et ce disant il se jetait
Sur la belle Caméléone.
Mais le jeune impudent comptait
Sans la vertu de la mignonne :
Un bon soufflet vous mit à mal
Le nez du méchant animal
Qui n’en croyait pas ses oreilles.
« Vit-on jamais façons pareilles ?
Dit-elle à ce petit nigaud.
Va-t-en, tu n’es qu’un sarigaud ».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 3 septembre 2016 à 07h50

Serait ce du Franc Nohain ? ...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 septembre 2016 à 16h22


C’est Derennes, Moréas, Giraudoux, et, pour l’essentiel, leur copain Guinle.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Vеrlаinе : Lе Dеrniеr Dizаin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Quаtrе-Соins (Sаtiе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Сосhоnfuсius sur L’Αbrеuvоir (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Grаnd Αrbrе (Μérаt)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе