Max Elskamp

La Chanson de la rue Saint-Paul, 1922


              III             
À Ma Sœur Marie


 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Et qui m’avez aussi quitté,
 
Comme souriait à la vie
Un dimanche d’après-dîné,
 
Alors qu’avril, lumière luie,
Telle d’un adventice été,
 
Et lilas branches refleuries
Chantaient dans l’air printemps qui naît,
 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Et qui m’avez alors quitté.
 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Qui souriiez triste à la vie,
 
Ma Sœur qui aviez trop rêvé
Aux grands ciels bleus du paradis
 
Et de ne l’avoir approché,
Gardiez en vous un cœur contrit,
 
Ma sœur parfois et qui riiez,
Mais plus souvent avez pleuré,
 
Ma sœur qui n’avez pas trouvé
Le bonheur que vous attendiez.
 
 
 

*


 
Ma sœur alors un peu déçue,
Qui avez su les jours de pluie,
 
Mais n’avez eu la part élue
Qui donne au cœur foi dans la vie,
 
Ma Sœur dont les yeux étaient gris,
C’était en eux votre âme luie,
 
Et comme un miroir sans secret,
Vous disant douce, sûre et vraie,
 
Dans une tendresse alanguie,
Où parlait tout bas le regret.
 
 
 

*


 
Ma Sœur souvent qui revenez
Dans les nuits qui nous font croyance,
 
Des rêves en soi que l’on fait,
Ma Sœur alors qui revenez,
 
Vous souvient-il de notre enfance
Là-bas dans la maison aimée,
 
Quand c’était vous en robe blanche
Et comme une vierge parée,
 
Qui les écoutiez, les dimanches,
À Saint-Paul, les heures sonner ?
 
 
 

*


 
Ma Sœur vous souvient-il encor
Des roses que tant vous aimiez,
 
Quand au printemps, le soleil d’or
Dans notre jardin descendait,
 
Faisant clarté sur toutes choses
Après les grands hivers moroses
 
De brume, de vent et de froid,
Dont le fleuve disait l’émoi,
 
Ma Sœur vous souvient-il encor
Des roses lors que vous cueilliez ?
 
 
 

*


 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Après, ce fut vous dans la vie,
 
Où les jours viennent, les jours passent,
Faisant cœur lourd ou l’âme lasse,
 
Quand le bonheur qu’on a rêvé
N’a pas été, las ! approché,
 
Et vous n’avez pu l’oublier,
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
 
Et d’avril une après-dîné,
Ma Sœur, vous nous avez quitté.
 
 
 

*


 
Ma Sœur à présent qui dormez,
Là-bas, à côté de mon père,
 
Au long des jours qu’ont les années
Dites de printemps ou d’hiver,
 
Ma Sœur là-bas qui m’attendez,
Dans la nuit noire de la terre,
 
Pour être un jour à vos côtés
Lorsque mon heure aura sonné,
 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur aimée,
Vous aussi qui avez souffert,
 
Ce sera nous lors comme avant
Réunis, mais dans le sommeil,
 
Et dans la paix que l’on attend
Après sa vie sous le soleil.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lа Сigаlе еt lа Fоurmi

Βоilеаu : Sаtirе ΙΙ : «Rаrе еt fаmеuх еsprit, dоnt lа fеrtilе vеinе...»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Τоulеt : «Qui dirа, dаns l’оmbrе du bоis...»

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lе Ρuits dе Νоtrе Dаmе à Dоuаi

Сеndrаrs : L’Οisеаu blеu

Lесоntе dе Lislе : Αuх mоdеrnеs

Νоuvеаu : Μusulmаnеs

Τоulеt : Lа prеmièrе fоis.

Τоulеt : «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Fаblе оu Histоirе

Gоurmоnt : Lеs Fеuillеs mоrtеs

Hugо : «L’hirоndеllе аu printеmps сhеrсhе lеs viеillеs tоurs...»

Rоnsаrd : L.Μ.F.

Ρéguу : Ρаris dоublе gаlèrе

Klingsоr : Αu јаrdin dе mа tаntе

Νоuvеаu : Αvаnt-prоpоs

Vеrlаinе : Βаllаdе à prоpоs dе dеuх Οrmеаuх qu’il аvаit

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Τsillа (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Lа Νуmphе еndоrmiе (Sсudérу)

De Сосhоnfuсius sur Βаlzас (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «À bеаuсоup dе dаngеr еst suјеttе lа flеur...» (Сhаssignеt)

De Сhristiаn sur Lа Сhаpеllе аbаndоnnéе (Fоrt)

De Huаliаn sur Lа prеmièrе fоis. (Τоulеt)

De Сurаrе- sur «Μоn insоmniе а vu nаîtrе lеs сlаrtés grisеs...» (Gаrnеаu)

De Сurаrе- sur Lе Rоi dе Τhulé (Νеrvаl)

De Βеrgаud Α sur Lеs Gеnêts (Fаbié)

De Jаdis sur «Τоut n’еst plеin iсi-bаs quе dе vаinе аppаrеnсе...» (Vаlléе dеs Βаrrеаuх)

De Ιоhаnnеs sur Ρrièrе dе соnfidеnсе (Ρéguу)

De Lilith sur Vеrlаinе

De Μоntеrrоsо sur Lа Μоuсhе (Αpоllinаirе)

De Jаdis sur Саrоlо Quintо impеrаntе (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Βib lа bаlеinе sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Gеf sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе