Paul Desforges-Maillard


Le Tabac


 

             
Ode


Des ennuis accablants, de la morne tristesse,
              Ô tabac, l’unique enchanteur !
Des plaisirs ingénus, de l’aimable allégresse,
              Ô tabac, la source et l’auteur !
 
Sans toi, tabac chéri, mon esprit est sans joie,
              Dans les chagrins il est plongé :
De leurs efforts fréquents il deviendrait la proie,
              S’il n’était par toi soulagé.
 
En diverses façons on connaît ton mérite ;
              Il est d’un prix toujours nouveau.
Tu fais à flots aisés s’écouler la pituite,
              Et tu dégages le cerveau.
 
L’esprit, quand au travail sa force est languissante,
              Par ta poudre est ressuscité.
Ton odeur évertue une âme croupissante
              Dans une molle oisiveté.
 
Le sang est étanché, la blessure est guérie,
              Quand on t’applique sur le mal ;
Dans leurs climats féconds, le Pérou, l’Assyrie
              N’ont point de baume au tien égal.
 
Tu joins presque toujours l’agréable à l’utile.
              Que j’aime, en ton étroit foyer,
Du bout d’un long tuyau mettre en cendre ma bile,
              Et dans les airs la renvoyer !
 
Aussitôt dans un cœur la tempête est calmée.
              Mon âme avec ravissement
S’occupe à voir sortir de la pipe allumée
              Un petit nuage fumant.
 
Tes charmants tourbillons dans la tête échauffée,
              Font glisser l’appât du repos ;
Et volant après toi, le docile Morphée
              Sème tes traces de pavots.
 
Cupidon, d’un fumeur, à ses chaînes honteuses
              N’attache guère le destin.
Tu n’as, divin tabac, dans tes fêtes joyeuses,
              D’autre compagnon que le vin.
 
La mourante vieillesse est par toi rajeunie
              Mieux que par les médicaments,
Ta vertu merveilleuse, en prolongeant la vie,
              Répare les tempéraments.
 
À ton propice aspect les vapeurs de la peste
              Cessent d’infecter les maisons :
Ton odeur salutaire est une odeur funeste
              À ses tristes exhalaisons.
 
Celui qui le premier nous apprit ton usage,
              Est digne du nectar des dieux :
À nos neveux transmis, son bienfait d’âge en âge
              Doit rendre son nom précieux.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоuvillе : Lа Sоlitudе dеs fеmmеs

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Βruаnt : À Grеnеllе

Du Βеllау : «Τеls quе l’оn vit јаdis lеs еnfаnts dе lа Τеrrе...»

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Соppéе : «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...»

Rоllinаt : Lа Ρrièrе du silеnсе

Ρеllеrin : L’Αutоbus ivrе

Vignу : Élоа, оu Lа Sœur dеs Αngеs

☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...»

Du Βеllау : «Τеls quе l’оn vit јаdis lеs еnfаnts dе lа Τеrrе...»

Саrсо : Lаissеz-mоi

Νоuvеаu : Сru

Τоulеt : «Lе sаblе оù nоs pаs оnt сrié...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Εrrеmеnts

Frаnс-Νоhаin : Αllеgrо dеs Соаltаrs

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Εnfеr (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сlоwn dе l’irоniе (Gоudеаu)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Dе vоs уеuх tоut divins, dоnt un Diеu sе pаîtrаit...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе