Pierre-Jean de Béranger


La Grande Orgie


 
 

Air : Vive le vin de Ramponneau


 
 
Le vin charme tous les esprits :
            Qu’on le donne
                Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                    Gris.
 
            Non, plus d’accès
                Aux procès ;
    Vidons, joyeux Français,
    Nos caves renommées.
            Qu’un censeur vain
                Croie en vain
    Fuir le pouvoir du vin,
    Et s’enivre aux fumées.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Graves auteurs,
                Froids rhéteurs,
    Tristes prédicateurs,
    Endormeurs d’auditoires ;
            Gens à pamphlets,
                À couplets,
    Changez en gobelets
    Vos larges écritoires.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Loin du fracas
                Des combats,
    Dans nos vins délicats
    Mars a noyé ses foudres.
            Gardiens de nos
                Arsenaux,
    Cédez-nous les tonneaux
    Où vous mettiez vos poudres.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Nous qui courons
                Les tendrons,
    De Cythère enivrons
    Les colombes légères.
            Oiseaux chéris
                De Cypris,
    Venez, malgré nos cris,
    Boire au fond de nos verres.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            L’or a cent fois
                Trop de poids.
    Un essaim de grivois,
    Buvant à leurs mignonnes,
            Trouve au total
                Ce cristal
    Préférable au métal
    Dont on fait les couronnes.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Enfants charmants
                De mamans
    Qui des grands sentiments
    Banniront la folie,
            Nos fils bien gros,
                Bien dispos,
    Naîtront parmi les pots,
    Le front taché de lie.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Fi d’un honneur
                Suborneur !
    Enfin du vrai bonheur
    Nous porterons les signes.
            Les rois boiront
                Tous en rond ;
    Les lauriers serviront
    D’échalas à nos vignes.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Raison, adieu !
                Qu’en ce lieu
    Succombant sous le dieu
    Objet de nos louanges,
            Bien ou mal mis,
                Tous amis,
    Dans l’ivresse endormis,
    Nous rêvions les vendanges !
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Régniеr : Lе Jаrdin mоuillé

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Gаutiеr : Quеstiоns

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin dеs Αmаnts (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Dеvаulх, lа mеr rеçоit tоus lеs flеuvеs du mоndе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Μillе bаisеrs pеrdus, millе еt millе fаvеurs...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz