Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Une Martyre


 

             
Dessin d’un Maître inconnu


Au milieu des flacons, des étoffes lamées
              Et des meubles voluptueux,
Des marbres, des tableaux, des robes parfumées
              Qui traînent à plis somptueux,
 
Dans une chambre tiède où, comme en une serre,
              L’air est dangereux et fatal,
Où des bouquets mourants dans leurs cercueils de verre
              Exhalent leur soupir final,
 
Un cadavre sans tête épanche, comme un fleuve,
              Sur l’oreiller désaltéré
Un sang rouge et vivant, dont la toile s’abreuve
              Avec l’avidité d’un pré.
 
Semblable aux visions pâles qu’enfante l’ombre
              Et qui nous enchaînent les yeux,
La tête, avec l’amas de sa crinière sombre
              Et de ses bijoux précieux,
 
Sur la table de nuit, comme une renoncule,
              Repose ; et, vide de pensers,
Un regard vague et blanc comme le crépuscule
              S’échappe des yeux révulsés.
 
Sur le lit, le tronc nu sans scrupules étale
              Dans le plus complet abandon
La secrète splendeur et la beauté fatale
              Dont la nature lui fit don ;
 
Un bas rosâtre, orné de coins d’or, à la jambe,
              Comme un souvenir est resté ;
La jarretière, ainsi qu’un œil secret qui flambe,
              Darde un regard diamanté.
 
Le singulier aspect de cette solitude
              Et d’un grand portrait langoureux,
Aux yeux provocateurs comme son attitude,
              Révèle un amour ténébreux,
 
Une coupable joie et des fêtes étranges
              Pleines de baisers infernaux,
Dont se réjouissait l’essaim des mauvais anges
              Nageant dans les plis des rideaux ;
 
Et cependant, à voir la maigreur élégante
              De l’épaule au contour heurté,
La hanche un peu pointue et la taille fringante
              Ainsi qu’un reptile irrité,
 
Elle est bien jeune encor ! — Son âme exaspérée
              Et ses sens par l’ennui mordus
S’étaient-ils entr’ouverts à la meute altérée
              Des désirs errants et perdus ?
 
L’homme vindicatif que tu n’as pu, vivante,
              Malgré tant d’amour, assouvir,
Combla-t-il sur ta chair inerte et complaisante
              L’immensité de son désir ?
 
Réponds, cadavre impur ! et par tes tresses roides
              Te soulevant d’un bras fiévreux,
Dis-moi, tête effrayante, a-t-il sur tes dents froides
              Collé les suprêmes adieux ?
 
— Loin du monde railleur, loin de la foule impure,
              Loin des magistrats curieux,
Dors en paix, dors en paix, étrange créature,
              Dans ton tombeau mystérieux ;
 
Ton époux court le monde, et ta forme immortelle
              Veille près de lui quand il dort ;
Autant que toi sans doute il te sera fidèle,
              Et constant jusques à la mort.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Diаblе dаns lа nuit (Fоrt)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе