Apollinaire

Poèmes à Lou


Sonnet du huit février 1915


 
Lundi huit février ma biche
          Ma biche part
Suis inquiet elle s’en fiche
          Buvons du marc
 
Vrai qu’au service de l’Autriche
          (Patate et lard)
Le militaire est très peu riche
          Je m’en fous car
 
Il peut bien vivre d’Espérance
          Même il en meurt
Au doux service de la France
 
          Un Artilleur
Mon âme à ta suite s’élance
          Adieu mon cœur
 

Commentaire (s)
Déposé par Mao Ze Dong le 26 novembre 2018 à 15h55


J’ai déterré une patate douce
pour faire assez de l’amidon
à utiliser pendant la plus grande partie de l’année

Un peu d’une large gamme de poudre
large pour faire face à cet hiver

Neige et neige
venez dans un bol de poudre épicée
et épicée de frais épicés

Après le repas c’est douce et douce
patate douce
grillée

Sur le côté de la neige
cracher sur le côté de la neige
cracher sur la chaleur de
Oh, mon Dieu !

挖了红薯做够大半年要用的淀粉,
再囤一点宽粉 细苕粉应付这个冬季。
冰雪天,来上一碗麻辣鲜香的手工酸辣粉
饭后再整俩又香又甜的烤红薯。
一边在雪地里蹦跶一边吐着烤红薯的热气!
呼…………

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par 孔八戒主席 le 27 novembre 2018 à 11h35

毛主席萬歲 !

 .   毛主席萬歲 !

 .                             毛主席萬歲 !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Mao Ze Dong le 27 novembre 2018 à 17h51

    ㅏ브솔르망 !.....

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Client le 28 novembre 2018 à 07h12

toujours les mêmes blagues sur se cite

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 avril 2021 à 12h39

Serpent Premier
----------

Je suis le Tentateur, monarque en cette friche
De mes prédécesseurs j’ai causé le départ  ;
En leur nouveau domaine ils sont un peu moins riches,
En leur petite ville entourée de remparts.

Pour reine volontiers j’aurais choisi la biche,
Mais elle me préfère un cervidé vantard ;
Que je sois plus puissant, je crois qu’elle s’en fiche,
Tout ce qu’elle voudrait, c’est pondre, sans retard.

Cet endroit fut propice aux grandes espérances,
J’ai changé tout cela par mon discours trompeur ;
Car je me faisais fort d’engendrer la souffrance.

Le Gardien me menace, il ne me fait point peur,
Il peut se prévaloir de son intolérance,
Celui-là qui permit mon oeuvre de sapeur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 3 mai 2021 à 12h24

Un hélico se pose, effrayant une biche,
Dans la campagne anglaise, à deux pas d’un manoir
Où vit une famille à la fois noble et riche,
En descend le pilote et un homme en costard.

Que des gens n’aient pour toit qu’une tente il s’en fiche :
Selon lui ils n’ont qu’à travailler jusqu’à tard.
Aux abords du domaine un de ces « fainéants » niche,
Il a vu sa toile pas plus tard que ce soir.

Le châtelain revient d’un court voyage en France
Et a dans ses bagages un tableau de Hopper :
Présent pour sa Lady qui l’aime en apparence.

D’ailleurs quand il l’embrasse, il est pris de stupeur :
Sa peau a de l’amour encore la flagrance
Ayant juste eu le temps de cacher son campeur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 19 octobre 2022 à 11h16

Biche de Roncevaux
----------

Les combats, tout un jour, ont effrayé la biche,
Des larmes vers le soir ont mouillé son regard ;
Elle voit qu’à présent des morts jonchent la friche,
Leurs àmes vers le ciel ayant pris leur départ.

Veillantif n’ira plus séduire les pouliches,
Lui qui à leur endroit prodiguait les égards ;
Les chiens des paladins pleureront dans leurs niches
Et leur sommeil sera peuplé de cauchemars.

Ces hommes qui jadis furent pleins d’espérance
Ont été livrés par Ganelon, le trompeur ;
Or ce traître en son coeur savoure leur souffrance.

Lors de son ambassade, il était mort de peur ;
L’empereur mettra fin à son outrecuidance,
Il ne poursuivra pas son oeuvre de sapeur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 19 octobre 2022 à 11h24

Biche de Roncevaux  ----  retouche
----------

Les combats, tout un jour, ont effrayé la biche,
Des larmes vers le soir ont mouillé son regard ;
Elle voit qu’à présent des morts jonchent la friche,
Leurs âmes vers le ciel ayant pris leur départ.

Veillantif n’ira plus séduire les pouliches,
Lui qui à leur endroit prodiguait les égards ;
Les chiens des paladins pleureront dans leurs niches
Et leur sommeil sera peuplé de cauchemars.

Ces hommes qui jadis furent pleins d’espérance
Ont été livrés par Ganelon, le trompeur ;
Or ce traître en son coeur savoure leur souffrance.

Lors de son ambassade, il était mort de peur ;
L’empereur mettra fin à son outrecuidance,
Il ne poursuivra pas son oeuvre de sapeur.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе